Bold Records Productions


Independent Label

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:

Mise à jour Mars 2013:

Nouvelle saison: nouveau logo!

Prochaines sessions N°12 le samedi 22 octobre et n°13 samedi 10 décembre.Tous les détails en rubrique Sessions 2011

Les dernières Bold Sessions n°11 passées : le 25 Juin 2011 avec Doorsfall et French Kitch





nouveau logo
nouveau logo
Depuis le 22 Mars un nouveau partenariat est en cours de développement entre le label Bod Records et le site RadioBuzz.

Pour comprendre exactement de quoi il s'agit voici quelques précisions:

RadioBuzz est une webradio communautaire... Le principe est simple : les artistes qui le désirent peuvent déposer leurs créations sur le site afin d'être écoutés par les auditeurs de RadioBuzz. En créant un profil sur RadioBuzz, vous pourrez partager vos chansons, pensées musicales, découvrir les artistes émergents, rechercher des concerts, créer des groupes pour échanger à propos d'un style de musique ou télécharger la vidéo de votre dernier clip...

Tout le monde peut s'inscrire sur RadioBuzz. Créez ainsi des alliances avec d'autres groupes pour organiser des concerts communs. Devenez ami avec un producteur local, un label ou une salle de concert pour échanger avec eux. Ecrivez des articles à propos de vos artistes préférés, de vos ambitions musicales, etc... Soyez libres de vous exprimer musicalement...

La webradio se charge d'amener l'artiste vers l'auditeur qui peut choisir son style de musique préféré. Lancez la webradio en cliquant sur le bouton play du haut de la page, et laissez-vous aller...
Le buzz vous permet d'influencer le contenu du site et de donner plus de visibilité à vos artistes préférés. Lorsque quelque chose vous plaît (news, évènements, musiques, vidéos, etc...), n'hésitez pas à le faire savoir en cliquant sur l'étoile du buzz...

Une fois membre de la communauté, vous pouvez télécharger vos propres créations musicales. Que vous soyez plutôt rock, jazzy, folk, metal, etc... vous n'avez qu'une chose à faire : depuis votre profil ou le menu principal de RadioBuzz, cliquez sur "Ajouter une musique".

Attention : n'oubliez que les chansons que vous déposez sur le site doivent être issues de votre composition personnelle.
(copyright RadioBuzz)

focus - les parcours d’émergence - réalisé par la NACRe Rhône-Alpes - novembre 2010


focus – Les parcours d’émergence : comment construire ses premiers
projets artistiques professionnels ?

Le 6 mars 2010, la NACRe organisait « Scène & Coulisses », une journée d’information sur les
métiers du spectacle vivant au Conservatoire Massenet (Saint-Etienne) à destination des élèves de
conservatoires. Un des ateliers proposés concernait l’émergence des projets artistiques. Suite à ces
échanges, la NACRe vous propose un focus sur cette thématique en Rhône-Alpes.


sommaire
- La question de l’émergence Page 1
- L’émergence : un parcours associé à une démarche de réflexion Page 2
- Les autres démarches à mener de front Page 2
- Ressources pour l’émergence Page 3
- Pour finir : il n'y a pas de recette miracle pour émerger ! Page 4
- Ce qu’il faut retenir Page 4



La question de l’émergence

Les parcours d’émergence concernent le développement de projets artistiques par des équipes en
début de vie professionnelle.

Réunis autour d'un projet artistique de création (disque, spectacle chorégraphique, pièce de
théâtre et autres productions scéniques), ces collectifs, troupes ou artistes ne sont pas
nécessairement formalisés d’un point de vue juridique. Ils rassemblent ainsi des statuts
individuellement très différents (bénévoles, salariés pour une autre activité, étudiants et/ou
stagiaires, intermittents du spectacle,...).

La reconnaissance d'un projet artistique s'inscrivant dans une démarche professionnelle se fera
toujours sur un seul critère d’importance : la qualité de l'écriture artistique. Bien sûr le regard des
professionnels sera bienveillant compte tenu de la maturité artistique du projet ou de l'équipe et de
son potentiel de progression, mais encore une fois le seul critère sera celui de l'artistique. Il s'agira
donc de valoriser cette écriture et ses particularités, de la rendre tangible, d'en assumer toutes les
aspérités et de construire ainsi l’identité artistique du projet.

Enfin, la question de devenir professionnel, de vivre de sa pratique artistique dans le spectacle
vivant reste un choix individuel, mettant en perspective un parcours de formations et
d'expériences, la reconnaissance par les réseaux professionnels et la volonté d'accéder au salariat.


L’émergence : un parcours associé à une démarche de réflexion

1. Avoir un projet artistique fort, réfléchir à ce qui en fait un projet unique et singulier
La particularité de votre approche esthétique, le propos qui est défendu, le public auquel il
s'adresse (quel territoire géographique ? quelle tranche d’âge ? est-ce un public de spécialiste ?).
En un mot, en quoi votre projet apportera quelque chose de nouveau ou de particulier. La
rédaction de quelques lignes sur votre projet vous permettra de partager votre intention et de
cerner les enjeux que vous souhaitez mettre sur scène.

2. Elaborer une stratégie pour développer votre projet
Choisir ses collaborateurs, repérer les professionnels ou réseaux qui vont vous aider à développer
et porter votre projet, réfléchir aux financements publics ou privés adaptés à votre projet en
fonction de son stade d'avancée, se renseigner sur les possibilités offertes, les personnes à
rencontrer...
Elargir au fur et à mesure votre rayonnement géographique, prendre en compte le territoire dans


lequel vous évoluez ou vous souhaitez prospecter : rencontrez ainsi les partenaires à l’échelle de la
ville, du département, puis de la région...

3. Rendre visible le projet et trouver les premiers partenaires professionnels
Faire une présentation du projet (dossier écrit, montage vidéo, son...), proposer des répétitions
publiques, maquette, tremplin,...
Rencontrer et créer des liens avec un partenaire professionnel susceptible de vous accompagner
dans votre démarche.

4. Elargir la prospection en ciblant les lieux et professionnels en adéquation avec votre
proposition artistique
Développez votre connaissance du secteur qui vous concerne, rencontrez d'autres professionnels,
partagez vos questionnements avec d'autres artistes, poursuivez le travail de relation et de
prospection.


Les autres démarches à mener de front

Consolider la production et l'administration du projet à chaque stade d'avancement
Il est impossible de passer outre ces questions ; il ne faut pas croire non plus que quelqu'un
d'autre peut faire ce travail à votre place. Cela concernera autant la coordination générale du
projet (suivi des démarches, déroulement des actions, information des membres du projet, ...) que
ses aspects juridiques et financiers (statuts des individus, contractualisation avec les partenaires,
rémunération, gestion des coûts du projet, ...). Vous devez être assisté dans les tâches à mener
mais devez rester maître des décisions responsables de tous les enjeux de votre projet.

Réfléchir aux financements publics ou privés adaptés à votre projet compte tenu de son
stade d'avancée

Il n’existe pas de financements directs dédiés aux équipes en émergence, par contre un certain
nombre de structures ou d’institutions sont financées et missionnées pour repérer et accompagner
les démarches d’émergence. Par ailleurs, un certain nombre d’aides aux projets peuvent être
attribuées concernant des domaines connexes comme l’aide aux associations, les pratiques
amateurs, l’animation socioculturelle, ...

L’Etat et chaque collectivité portent un regard différent sur les projets artistiques : chacun définit
des critères d’attribution et demande des références propres. Cela peut varier d’une collectivité à
l’autre mais de manière générale les communes et les conseils généraux soutiennent en priorité les
projets "intermédiaires", les pratiques amateurs, les activités en début de professionnalisation ou
encore les activités socioculturelles. Les Régions et les DRAC soutiennent et financent les projets
professionnels.


Pour finir : il n'y a pas de recette miracle pour émerger !

C'est un travail à long terme qui impose de mener la partie artistique en même temps que le
développement du projet à destination d’un public (professionnel ou spectateur).

La principale difficulté est de savoir se situer dans un paysage artistique et donc, non seulement de
le connaître, mais d'avoir assez de recul pour développer son projet dans une direction adaptée et
réaliste. Etre bien entouré est souvent la clef de passage.

Conclusion, il faudra être partout, tout le temps sur tous les fronts !



Ce qu’il faut retenir:

Définir et rédiger un projet artistique : révéler les spécificités du projet, définir les publics

Analyser le stade actuel de développement du projet et définir la prochaine étape

Affirmer des objectifs réalistes à court, moyen et long terme

S’informer sur le secteur d’activité : son fonctionnement, ses professionnels

Travailler en lien avec des structures de développement et de soutien



Ressources en Rhône-Alpes

Exemple de cas pratique : constituer un document de présentation
S’interroger sur ce qu’il est important de mettre en avant pour exprimer ce qui fait la qualité de
votre projet artistique
- Présentation du projet artistique
- L’équipe : les individus (fonction, parcours), les compétences au sein du projet
- Les collaborations, les partenaires et les soutiens du projet
- Le calendrier : dates et projets passés, projets à venir)
- Budget : les coûts et les apports financiers

Les lieux d’information et de ressources
Addim de l’Ain www.addim01.fr
Diapason - EPCC 73 www.adms73.fr
Fédération des Arts de la rue Rhône-Alpes
http://www.lefourneau.com/lafederation/-Rhone-Alpes,23-.html
Solid’Arte www.solid-arte.com
CREF www.cref.asso.fr
Théâtre en Savoie http://theatre.savoie.free.fr
NACRe www.la-nacre.org
CMTRA www.cmtra.org

Les structures d’émergence

Il y a plusieurs définitions de l’émergence : le passage de l’amateur au professionnel, le premier
projet de création pour un artiste-interprète déjà reconnu, la constitution d’un nouveau collectif, ...
Selon les cas, différentes structures peuvent accompagner vos projets.

Le réseau des MJC en Rhône-Alpes (consultez l’annuaire des MJC en région)
http://www.mjc-rhonealpes.org/index.php?option=com_sobi2&Itemid=53

Projet Bizarre www.projetbizarre.fr

> Les scènes découvertes, lieux de répétition de la jeune création
Les SMAC (Scènes musiques actuelles)
Le Théâtre des Marronniers www.theatre-des-marronniers.com
Le Théâtre des Clochards Célestes www.clochardscelestes.com
L’Espace 44 www.espace44.com
Le Théâtre de l’Elysée www.lelysee.com
A Thou Bout d’Chant www.athouboutdchant.com
Le Marché-Gare www.myspace.com/lemarchegare
Scène 7 – Le Croiseur www.scene-7.fr
Le Périscope www.periscope-lyon.com
Le 6ème Continent www.sixiemecontinent.net
L’école de Cirque de Lyon www.ecoledecirquedelyon.com
Ramdam www.ramdam-quoi.org
CDC le Pacifique www.pacifique-cdc.com
APSOAR www.quelquespartslesoar.com

> Les réseaux « découverte »
Le Maillon – fédération Rhône-Alpes du réseau national Le Chaînon / FNTAV : www.maillon.asso.fr
Réseau Printemps www.tagadatsointsoin.net
Jazz(s) RA www.suivezlejazz.com
Petites Scènes Ouvertes www.petites-scenes-ouvertes.fr

> Les lieux de diffusion (consultez l’annuaire du spectacle vivant de la NACRe)
www.la-nacre.org/services/rechercher-une-structure/annuaire

Le financement des projets
Répertoire des dispositifs de financement et d'accompagnement du spectacle vivant en Rhône-
Alpes
www.la-nacre.org/uploads/tx_egestiondoc/Dispositifs_financement_RA_02.pdf


SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Après 5 années la boutique située sous les arcades en centre ville a cessé son activité l'été passé. L'association Bold Records Productions continue le dispositif des Bold Sessions.

Marché du disque : une chute plus lente ?

Un premier état des "performances" commerciales du marché du disque au 3e trimestre 2009 fait apparaître une baisse du marché (-5,8 %) moins importante que l’année précédente sur la même période : changement des modes de consommation ? Pré-effet Hadopi ? Ou effet Michaël Jackson ?

L’Observatoire de la musique publie "Le marché de la musique enregistrée au 3ème trimestre 2009 - Premier état des « performances » du marché numérique" et dévoile quelques chiffres clé des ventes (numérique et sur supports) sur la période.
Ces données font apparaître une croissance modérée du marché numérique alors que la décroissance du marché du support s’amenuise. Il serait sans doute précipité de conclure à un premier effet Hadopi puisque la loi et les décrets d’application ne sont pas encore entrés en vigueur. L’étude opte plutôt pour une explication conjoncturelle : "l’actualité liée au décès en juin dernier de Michael Jackson n’est pas sans impacter la période observée."
A moins que cette tendance témoigne d’un changement dans les attitudes de consommation… ce qui paraît encore illusoire vu l’état du marché, sauf à être confirmé lors du premier semestre 2010.

Les chiffres clés
En France, au 3ème trimestre 2009, le chiffre d’affaires de la musique enregistrée, comprenant les ventes physiques et numériques, s’élève à 192 millions d’euros vs. 203,9 millions d’euros au 3ème trimestre 2008, soit une baisse de -5,8% sur la période.

Numérique
Le marché de la musique numérique (hors streaming et sonneries musicales) s’élève à 17,4 millions d’euros et représente 9% du chiffre d’affaires (en hausse de +1,9 point vs. 3ème trimestre 2008).

Si le marché numérique voit son chiffre d’affaires progresser, mais moins fortement (+19,9% vs. 3ème trimestre 2008), on observe un certain ralentissement de la baisse du marché physique qui, sur la période, ne cède que -7,8% en valeur vs. 3ème trimestre 2008.

Le marché du support musical
Au 3ème trimestre 2009, le marché du support musical (CD audio et DVD musical) totalise 14 millions d’unités vendues (-6,6% vs. 3ème trimestre 2008) pour un chiffre d’affaires de 174,7 millions d’euros TTC (-7,8% vs. 3ème trimestre 2008).
La baisse des ventes du support musical se ralentit, puisqu’au 3ème trimestre 2008, les pertes s’élevaient à
19,1% en volume et -19,4% en valeur vs. 3ème trimestre 2007.
SOURCE IRMA/observatoire de la musique

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Du 7 au 10 Avril prochain, au Musée de la Mine, St-Etienne, la 11ème édition du festival Avatarium!

Des projections, des rencontres, des discussions, de l'informatique libre, des installations, et des concerts...

Quelques noms? Lydia Lunch & Ghosts of Spain, Esplendor Geometrico, Burning Heads, GRRZZZ, Stink Sisters, Zëro, Lone Catalysts, Count Bass D., et d'autres encore!

Pour ces deux derniers, et notre "carte blanche", et pour les amatrices et amateurs de hip-hop, ils viennent se rajouter donc, et précisément, ils viennent en remplacement de Afroc Classics et the Insects.

Notez donc, si ce n'était déjà fait, ces dates dans vos agendas.

Et toute la programmation est disponible sur le site de Avataria : http://www.facebook.com/l/0a682;www.avataria.org/spip/index.php

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Bold Records partenaire de la Nuit des Publivores® 2010 au Fil.

La Nuit des Publivores®, c’est un spectacle présent dans plus de 40 pays, et représentant la production publicitaire d’une soixantaine de nationalités. C’est l’occasion d’ouvrir une fenêtre sur le monde et de goûter pendant 6 heures aux ambiances russes, asiatiques, africaines, sud-américaines, de découvrir des spots Mongols, Irakiens, ou même en Indien Guarani !

La Nuit des Publivores à Saint-Etienne, c’est :
- un DJ pour chauffer la salle,
- des spectacles live et des surprises sur la scène du Fil,
- des jeux et des animations pour faire le plein de cadeaux avec nos partenaires,
- et l’incroyable ambiance des Publivores...

Objet : Découvrez les 8 présélections 2010 !

Tagada Tsoin Tsoin vous invite à découvrir les 8 groupes en Présélection pour les Découvertes 2010 du Printemps de Bourges :

- Experimental (hip hop) http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/experimentalnouvelancien

- Transgunner (rock)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/transgunner

- Jerri (rock)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/jerritheband

- Jokari Players (electro) http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/noncommittaljokariplayers

- H-Burns (rock)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/hburnsmusic

- Buridane (chanson)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/buridane

- Arpad Flynn (rock)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/arpadflynn

- Doctor Flake (electro)
http://www.facebook.com/l/953ea;www.myspace.com/doctorflake

En concert les 27 & 28 novembre à Vienne (Espace St Germain / entrée libre)

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Les Biennales Internationales du Spectacle se tiendront à la Cité des Congrès de Nantes les mercredi 20 et jeudi 21 janvier 2010.

Grands débats, exposants, Place des tournées, forums, ateliers-projets, prix et distinctions, spectacles... Le programme complet et les grandes nouveautés de cette 4ème édition seront dévoilés fin octobre.

D'ores et déjà, inscrivez-vous à cet événement qui réunira l’ensemble des professionnels du spectacle et des acteurs culturels, en visitant le site internet des Biennales Internationales du Spectacle : www.bis2010.com
http://www.bis2010.com

Avec un accès entièrement gratuit, les Biennales Internationales du Spectacle ont pour ambition de permettre à tous ceux qui s'impliquent dans le monde culturel de se rencontrer, de développer leurs réseaux professionnels, d'initier des projets et de trouver des solutions utiles à leurs activités. Les BIS ont accueilli 8400 participants en 2008 (53 pays représentés).

Nous vous attendons donc les 20 et 21 janvier 2010 à Nantes.

Le 30 septembre 2009:
Tagada Tsoin Tsoin a envoyé un message aux membres de TAGADA TSOIN TSOIN - Antenne Rhône-Alpes du Printemps de Bourges.

--------------------
Objet : Candidatures J-4 !!

Un dernier rappel pour tous ceux qui souhaitent (ou dont la sœur, ou la cousine, ou la belle-mère souhaiterait...) présenter un dossier aux Découvertes 2010 du Printemps de Bourges :

Dernier délai ce samedi 3 octobre !

3 groupes seront sélectionnés pour se produire sur la scène des Découvertes du Printemps de Bourges du 13 au 18 avril 2010.

De plus, nous retenons chaque année 8 groupes en Présélection, qui
joueront en concert les 27 et 28 novembre à Vienne devant le grand
public et une 100aine de programmateurs (et autres professionnels...).

Au-delà de ces sélections, votre candidature sera attentivement écoutée par les 25 programmateurs et producteurs de la région, qui constituent le jury d'écoute. C'est une donc occasion en or pour faire connaître votre projet sur Rhône-Alpes et, pourquoi pas (soyons fous) décrocher des dates ?

Infos sur: http://www.facebook.com/l/9a76d;www.tagadatsointsoin.net / /

http://www.facebook.com/l/9a76d;www.reseau-printemps.com

Un marché du disque toujours dans le rouge:

Le Snep et l’Observatoire de la Musique viennent d’officialiser les chiffres du marché de la musique enregistrée au 1er semestre 2009 : la chute du marché physique se poursuit, le numérique prend très difficilement le relais et le solde des contrats d’artistes signés/rendus passe en négatif.

Le Snep vient d’annoncer que le marché de gros des ventes de musique, tous supports confondus (physiques et numériques), a chuté de 17,8% au premier semestre 2009 en France par rapport à la même période l’an passé. Depuis 2002, le marché du disque a ainsi baissé de 52 %.

Contrairement au Snep qui calcule ses données à partir des chiffres dévoilés par ses 48 adhérents (majors et "gros" indépendants), l’Observatoire de la Musique, qui confie à l’institut Gfk la mesure de ce marché, analyse l’état du marché en comptabilisant les ventes réelles de la distribution au consommateur final. Du coup, ses résultats divergent un peu mais confirme la tendance : sur le même semestre, le chiffre d’affaires du marché de la musique enregistrée (CD audio + DVD musical + téléchargements de musique) s’élève à 422,1 millions d’euros TTC, soit une baisse de 12,9%.

Dans le détail, le Snep annonce que les ventes physiques ont chuté de 21% alors que les ventes numériques (internet et téléphonie mobile) n’affichent qu’une hausse de 3% (là où on enregistrait une augmentation de 17 % l’an passé).
Les chiffres de l’Observatoire de la Musique atténue légèrement ces baisses, constatant un recul du chiffre d’affaires du marché du support musical de 14,7% et une hausse de celui du marché numérique de 14% sur la période.

Là où l’industrie musicale mise sur le numérique, cette hausse en décroissance du marché numérique à de quoi inquiéter… et la France semble encore loin d’une répartition du marché "à l’américaine" où les revenus du numérique représentent 36% du marché, contre 17% en France (source Snep).

Quelques points particuliers :

au sein du marché numérique, la téléphonie mobile s’effondre (-51,4%) tandis que le téléchargement légal continue de progresser de 39% (source Snep)

la décroissance du marché du CD audio se fait au détriment de la variété française. Au cours de la période, alors que le répertoire international augmente de +3,6 pts en volume et de +4,2 pts en valeur, les variétés françaises perdent 4,9 pts en volume / valeur (source Gfk)

le retrait des grandes surfaces alimentaires se confirme : elles ne totalisent plus que 33,8% des ventes unitaires de CD audio alors qu’elles en détenaient 57,2% au 1er semestre 2003 (source Gfk)

la production francophone souffre particulièrement de la crise : "On n’a jamais signé aussi peu de contrats" d’artistes, a relevé le nouveau directeur général du Snep, David El Sayegh. Le solde des signatures est d’ailleurs dans le rouge au premier semestre 2009, 37 contrats ayant été signés alors que 47 étaient rendus (source Snep)

Le site du Snep
Le site de l’Observatoire de la Musique
source IRMA 10 septembre 2009

Quelles solutions pour le financement de la création et de la production musicale ?

L’Hadopi cherche à combattre les échanges illicites et à encourager au développement d’une offre légale, mais laisse une question en suspend : comment financer la création aujourd’hui ? Ce débat abordera les différentes pistes possibles (taxe FAI, licence, fonds d’investissement, sofica, etc.), le 17 septembre 2009 à Paris.

Quelles solutions possibles pour le financement de la création et de la production musicale ?

Organisé par GL Connection le jeudi 17 septembre, de 16h à 18h, à l’Espace Kiron (Forum), 10-12 rue La Vacquerie à Paris 11e.

Présentation
Les ventes de musique enregistrée ont à nouveau chuté de 15 % en 2008. Les recettes du numérique sont encore loin de compenser le recul des ventes de supports physiques. Les nouveaux modèles économiques se cherchent encore… La crise du disque et les mutations induites par les nouvelles technologies et les nouvelles habitudes de consommation, dont le téléchargement illégal, ont une incidence inquiétante sur la filière musicale : chiffre d’affaires divisé par deux entre 2001 et 2007, nombre d’albums commercialisés divisé par deux au cours de la même période, nombre de singles commercialisés divisé par trois. Sans parler des lourdes incidences sur l’emploi, les budgets, les investissements, le fonctionnement et la pérennité des entreprises…

Pour la première fois, l’an dernier, le solde de signatures d’artistes dans les maisons de disques (nombre de contrats signés, moins nombre de contrats rendus) s’est avéré négatif. « La création musicale n’est plus préservée ! » s’alarmait le Syndicat National de l’Edition Phonographique lors du dernier Midem. La situation est d’autant plus préoccupante que les subventions sont en baisse.
Le plan de soutien à la filière musicale mis en place par le gouvernement (crédit d’impôts, renforcement de la capacité du Fonds d’avance aux industries musicales géré par l’Ifcic…) sera-t-il suffisant ?
Que faut-il attendre de la loi Création et Internet, dont on sait qu’elle ne résoudra pas tous les problèmes ?
La question du financement de la création est d’ailleurs maintes fois revenue dans les débats parlementaires et est toujours sans réponse. Des Etats généraux de la création se profilent… Bref, le thème est d’actualité.

Au cours de ce débat seront évoquées les différentes pistes possibles pour le financement de la création et de la production musicale, parmi lesquelles la taxation des FAI (réclamée notamment par la Sacem), l’adaptation du régime des Sofica au secteur phonographiques (demandée par les producteurs et promise à plusieurs reprises), la licence globale ou participative, la création d’un fonds d’investissement (qui pourrait être abondé par les entreprises comme par les particuliers) et diverses solutions, initiatives ou projets innovants.

Les intervenants à ce débat, qui sera animé par Gildas Lefeuvre, seront annoncés ultérieurement. Devraient être représentés : le Snep, l’Upfi, le ministère de la Culture, le secrétariat d’Etat au Développement de l’économie numérique, la Sacem, le FCM, l’Ifcic, la SCPP et la SPPF ainsi que des producteurs, parlementaires, observateurs et personnalités de la filière musicale.

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Le Popkomm annule son édition 2009

Le Pokomm, salon international de l’industrie musicale qui se tient chaque année à Berlin, a décidé d’annuler son édition 2009 face à la crise financière et à la probable baisse de fréquentation du salon. L’édition 2010 est en revanche d’ores et déjà en préparation.

Le Popkomm est l’un des principaux salons européens de l’industrie musicale. En 2008, 843 exposants de 52 pays ont pris part au salon qui a attiré plus de 14 000 visiteurs professionnels (labels, éditeurs, sociétés de gestion de droits, sociétés audiovisuelles, distributeurs en ligne, etc.)

Mais face à la situation économique mondiale et sectorielle, les organisateurs du salon ont décidé de ne pas maintenir l’édition 2009 pour mieux préparer, "avec un autre concept général", celle de 2010. Cette décision a été prise en concertation avec l’Association of Independent Media Sound Companies (VUT) et l’Association allemande de l’Industrie de la Musique (BVMI).

Ralf Kleinhenz, directeur de l’événement, a commenté la décision en expliquant qu’en prévision d’une probable baisse de la fréquentation du salon, les conditions pour faire du commerce n’étaient pas réunies cette année : "La situation peu évidente, comme cela a été constaté en début d’année au Midem à Cannes, semble également avoir une incidence sur le Popkomm à Berlin. Malgré un nombre satisfaisant de réservations des exposants, nous prévoyons une baisse de fréquentation des visiteurs en raison de la situation économique. Vis à vis des exposants, il est de notre responsabilité de prendre les devants et nous avons donc décidé de reporter d’un an le Popkomm".
Le Popkomm devait se tenir du 16 au 18 septembre 2009 et a été reporté à septembre 2010.

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Nous sommes partenaires du dispositf carnet culture pour les billetteries spectacles et les achats de disques.


Un site hommage: http://www.captainebob.com/

Lors de la Biennale de design le parcours Design et Shop passe par Bold Records!!
http://biennalesaint-etienne.citedudesign.com/fr/html/expositions/design_and_shop.html

La fête du livre est l'occasion d'investir le Kiosque à Jean Jaurès pour 2 jours de Concerts!!

c'est la rentrée ! avec de nouvelles collaborations: La Fête du livre, la Biennale du Design, la création du Label avec les Bold Session au Fil... De nombreux et beaux projets en cours de réalisation.

Nouveau partenariat développé avec le programme de navettes pour les concerts "A+ dans l'bus'. billets réservation disponibles à la boutique.


Exclusivité: nous distribuons les ouvrages des éditions Camion Blanc ,Camion Noir.. Tout le catalogue est dorénavant en stock et commande!!

Le nouvel ouvrage des editions Corde Raide "Déviations" est paru et en stock recueil de nouvelles traduites initialement parues sur le Fanzine américain d'Aron Cometbus..

Vient de paraître aussi en stock aux éditions L'Échappée "LA MUSIQUE ASSIÉGÉE. D’UNE INDUSTRIE EN CRISE À LA MUSIQUE ÉQUITABLE" écrit par Charlotte Dudignac et François Mauger.

Cet essai est enrichi par les réflexions et opinions de musiciens, disquaires, producteurs, journalistes, programmateurs, managers (etc.) dont Mano Solo, Rémy Kolpa Kopoul (Radio Nova), Claude Sicre (Fabulous Trobadors), Jean-Marie Moreau (Sacem), Jali (Massilia SoundSystem), Gilles Castagnac (Irma), les Ogres de Barback, Marc Benaïche (Mondomix), Ray Lema, Philippe Berthelot (Fédurok), Nicolas Repac, David Godevais (président du CALIF)...


le programme du cinéma le Méliès en Pièce jointe (bas de page)!

nouveau myspace (ancien invalide!): http://www.myspace.com/boldrecordsdiscshopandmore


Mise en place effective du système de paiement sécurisé, dès maintenant effectuez vos achats en ligne à partir du site et réglez par carte bancaire automatiquement à réception du mail de facturation.

Nouveau une 2ème adresse mail: boldrec@gmail.com

les bacs pleins et un planning chargé , des concerts, des stands, des ateliers sérigraphie, des show cases, une salle de concert qui prend forme et une équipe qui se constitue...;

Nous imprimons vos stickers à vos motifs et quantités en quadrichromie, renseignez vous!
délais courts et qualité!!

Si vous souhaitez recevoir les infos concerts et autres sauteries: inscrivez vous à la newsletter.

Devenez vous aussi un ami de bold records sur les blogs:
http://www.myspace.com/boldrecordsdiscshopandmore
http://www.tousenlive.com/bold-records
http://www.ziki.com/companies/bold-records
http://www.vinylunity.com/disquaire-vinyle/disquaire-6538.html
http://boldrecords.space-blogs.com/

Télé Bold c'est à la rubrique téléchargement des Clips, des reportages, de la zik!!!!!!!
La galerie regroupe tous les flys des concerts et soirées organisées par vous(envoyez nous les votre!)


Bold Records est agréée par le Label Entreprendre en France et le Comité d'Action des Labels Indépendants français. Siège à la commission municipale Crescendo d'aide à l'émergence des groupes locaux; élue au poste de secrétariat de Limace qui est promue à la gestion de la délégation de service public de la prochaine salle de musique actuelles Le FIL et co-organisatrice du OULALA festival. En cours d'adhésion au Réseau Ressources Musiques Actuelles.
http://www.ressources-ma.org

La radio Bold est active et enrichie régulièrement de nouveaux titres.

Pour vos concerts faites plastifier vos Pass par Bold Records

Faites numériser vos vinyls au format cd, qualité professionnelle (tarifs nous contacter).

Faites partie de la street team de Bold Records: tout au long de l'année, ce sont des flys à distribuer, des affiches à coller, etc...dans tous vos lieux préférés (bars, salles de concert, facs...), en échange de récompenses exceptionnelles: tout d’abord la satisfaction (très importante) de participer activement à la (sur)vie de la scène locale, et des samplers, places de concert...


Nouveau le forum est actif laissez y vos infos concernant les concerts etc..

Pochettes plastifiées pour badges avec fermeture (en gros) format 80 mm x 6O mm par 10 à partir de 5cts.

Communiqué de Presse 6 mai 2009
Communiqué associant le SMA (Syndicat national des petites et moyennes structures de
musiques actuelles réunissant plus de 100 structures), la Fédurok (Fédération nationale
regroupant 75 lieux de musiques amplifiées / actuelles), la FSJ (Fédération des Scènes de Jazz
et de musiques improvisées regroupant 28 scènes), et la Fneijma (Fédération Nationale des
Ecoles d’Influences Jazz & Musiques Actuelles, regroupant 37 écoles).
HADOPI : une loi du XXème siècle !
Après l'avoir rejetée en avril, l'Assemblée nationale examine de nouveau la loi HADOPI dite
« Création et Internet » censée lutter contre le partage illégal d’oeuvres artistiques via
Internet.
Après l'échec de la DADVSI en 2007 (et les DRM imposés par les majors et les grands
distributeurs puis rapidement abandonnés), le gouvernement persiste et signe dans l'erreur en
présentant une loi liberticide1, technologiquement inapplicable2 et juridiquement contestable3.
Bien que soutenue par plusieurs artistes de renom de la scène et du cinéma qui se font les
porte-voix des multinationales du divertissement4, cette loi n'est pas comprise par la
population et les professionnels5 .
Depuis près de vingt ans, la dématérialisation des supports est inéluctablement engagée.
Qu'ont fait les majors du disque, les grands médias et les grands distributeurs de produits
culturels pour proposer un nouveau modèle ? Rien. Elles ont servi des dividendes à leurs
actionnaires et, année après année, ont provoqué les pertes de repères du prix de la musique
enregistrée chez les consommateurs. Elles revendiquent maintenant une concentration et
intégration plus forte « 360 ° » et ont entrepris de s'attaquer au spectacle vivant.
Le téléchargement d'images et de musique correspond à de nouvelles pratiques
culturelles dont nous devrions nous réjouir plutôt que de légiférer à l'encontre des
évolutions sociétales.
Il s'agit donc de définir de nouveaux modèles économiques pour préserver la capacité des
artistes et des producteurs à créer.
Le secteur culturel - comme les autres - ne gagne rien à s'en remettre au bon vouloir des
multinationales et du système capitaliste. Ce sont les TPE indépendantes (labels
discographiques, éditeurs, producteurs de spectacle, lieux de diffusion, festival, médias
indépendants etc.) qui permettront à notre pays de conserver sa diversité artistique et aux
artistes de pouvoir être diffusés.
Le gouvernement a l'occasion de refonder une nouvelle économie de la musique et de l'image
en y associant secteur marchand, secteur associatif et pouvoirs publics.
La mise en place d'une taxe fiscale sur les abonnements de téléphonie mobile et d'accès à
Internet de 3 % soit 1 € environ par mois et par abonnement permettrait de générer plus de
800 M€ et abonderait une dynamique de redistribution pour l'intérêt général.
Cela permettrait de soutenir les filières du disque, de l'image et du multimédia, notamment les
producteurs (et non les tuyaux et les diffuseurs comme c'est le cas pour la taxe qui sera
prélevée pour l'audiovisuel public), de la musique, du cinéma mais aussi plus largement les
nouveaux artistes et métiers issus du numérique: net-art, spectacle multimédia etc. Enfin cela
aurait permis d'engager une véritable politique publique dans ces domaines (éducation
artistique, accès aux oeuvres, bibliothèque numérique, collaborations entre les artistes, les
chercheurs et les entreprises informatiques).
Mais l'occasion semble manquée car la philosophie est tout autre : renforcer les
positions dominantes au détriment des initiatives indépendantes innovantes et de la
prospective. .

Avec HADOPI, notre pays s'affirme comme incapable de s'inscrire dans une dynamique de
changement et ceux qui prônent les « réformes » accouchent d'une loi du siècle passé.

Contact Presse :
Eric Boistard : eric@olympic.asso.fr | 06 16 30 24 92

(1) Surveillance à grande échelle et filtrage du net, contrôle des emails
(2) La possibilité de retrouver un internaute fraudeur n'est pas acquise (usurpation d'adresse IP, utilisation d'un
autre réseau, dissimulation des fichiers)
(3) Double peine non prévue par le droit français avec, à la fois, suppression de l'Internet et poursuites pénales,
non distinction entre personne morale et personne physique.
(4) Beaucoup d'artistes étrangers se sont prononcés contre la criminalisation du partage de fichier et de leurs fans, contre les coupures d'Internet, notamment la Featured Artists’ Coalition qui réunit plus de 140 artistes britanniques dont Robbie Williams, Annie Lennox, Radiohead, Nick Mason et David Gilmour des Pink Floyd,Peter Gabriel, Mick Jones du Clash, The Verve ou encore Iron Maiden.
(5) Sondages BVA d'octobre 08, IFOP avril 09 et même chez les adhérents de l'UMP / Jeunes Populaires en mars09.
En Europe, la France est le seul pays à voter une telle loi. Les associations internationales qui regroupent les grandes sociétés informatiques (BSA) et les fournisseurs d'accès internet (ETNO) la jugent défavorablement. Dans notre pays de multiples organisations de consommateurs, d'artistes et de producteurs discographiques indépendants font de même.
Pour une mobilisation plus large et durable, les organisations signataires du présent
communiqué rejoignent la plateforme “Création, public & internet” mise en place à
l’initiative du SAMUP, UFC Que Choisir, la Quadrature du Net et I'ISOC France et destinée à
poursuivre les échanges et la mobilisation sur le sujet :

http://creationpublicinternet.fr/


Appel du 21 avril 2009 au MaMA, Bourges

« Atteinte à la diversité des musiques actuelles »

Le secteur des musiques actuelles repose sur une économie plurielle et une diversité des initiatives artistiques et culturelles.

Dans le domaine des arts et de la culture en France, cet état de fait historique, constitue l’originalité, la complexité mais aussi le dynamisme du secteur des musiques actuelles.

L’équilibre entre les différentes initiatives économiques, artistiques et culturelles n’est possible que quand le processus démocratique fonctionne en permettant l’expression de la diversité. Ce processus commençait, certes péniblement, à trouver ses outils collectifs au travers de différentes démarches qui associaient l’ensemble des acteurs, les collectivités territoriales et l’État. Or, depuis la feuille de route donnée par le Président de la République en juillet 2007, cet équilibre, pourtant déjà mal en point, est totalement mis en danger au nom de l’idéologie de « l’homme économique » et des lois naturelles du marché, d’une part, et de la « révision générale » et comptable de l’intervention publique d’État, d’autre part.

Le laminage organisé des initiatives de service public et d’intérêt général a débuté et rentre dans une phase active avec la constitution en janvier du conseil pour la création artistique par le Président de la République, les orientations des « Entretiens de Valois » et l’application forcenée du principe de mise en concurrence systématique portée par l’Union européenne.

La quasi suppression par l’État de la ligne budgétaire 224 soutenant la transmission des savoirs et l’action culturelle, l’absence de dégels sur la ligne 131 liée à la création pour les lieux de musiques actuelles, la rationalisation des moyens autour de grands labels d’État dans un paysage dominé par le théâtre et la musique classique et le recentrage du dialogue avec les seules collectivités territoriales, laissent présager d’une disparition de tout un pan d’initiatives indispensables à la diversité artistique et culturelle des musiques actuelles.

C’est pourquoi, les présents signataires appellent à la mobilisation de ceux qui se reconnaissent d’un engagement quotidien pour la diversité artistique, pour l’égalité d’accès à la culture, pour le droit à l’expression de chacun et pour un aménagement territorial équitable participant du développement local.

Les présents signataires demandent à ce que les différentes initiatives, qu’elles soient publiques ou privées, participant d’une démarche de service public et d’intérêt général, relevant souvent d’une démarche d’économie sociale et solidaire, puissent se mener aussi bien au service des artistes amateurs que professionnels, dans une relation étroite avec les populations qui ne procèdent pas du seul acte de consommation.

Cet appel a pour but de rassembler tous ceux qui s’y reconnaissent et d’engager dans la durée une force d’opposition à ce processus antidémocratique de culture du résultat au seul service d’une société individualisée.

Contacts presse : Grégory Jurado : 06.62.11.51.45 / Patrick Bacot : 06.07.97.01.81 / Manu Mondon : 06.74.25.12.88

Pour signer la pétition : www.mobilisationma.fr.stb

Ce site est gavé règulièrement par nos soins:

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
TAI LUC était ce samedi soir 19 avril en show case exceptionnel au Little Soba PUB à 20H.!!

Une nouveauté exclusive: l'album solo de Tai-Luc dans les bacs en vinyl et CD !!
bientôt une séance de dédicace à la boutique, notez la date le samedi 19 Avril 2008..

Bonne nouvelle pour Radio DIO:

Bonjour à tous et à toutes

Après un an de dépôt de bilan et de mise en concurrence . Voici la première étape avant le passage devant le tribunal (le 6 mai).
Le csa a rendu son verdict et bonne nouvelle pour les diophiles : la seule radio retenu est (roulement de tambours) Radio Dio.
Pour rappel, il faut savoir qu'il y avait 5 autres radios susceptible de reprendre Dio.

Voici un extrait de la réponse du CSA :
-----------------------------
"Le Conseil rappelle que RadioDio, autorisée en catégorie A, est un service associatif accomplissant une mission de communication sociale de proximité dont les ressources commerciales provenant de la publicité de marque ou de parrainage sont inférieures à 20% de leur chiffre d'affaires total. La programmation de RadioDio est axée sur la diffusion de musiques actuelles et de nouveaux talents, l'information locale et l'expression laïque des communautés. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a examiné, au cours de sa séance plénière du 15 avril 2008 , le plan de continuation présenté par l'association Les Amis des Ondes et les plans de cession présentés en application de l'article 42 12 de la loi n"86·1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication par M.Fabrice N. et par les sociétés Urban Presse, Activ Média(ActivRadio), Espace Group et Société financière du Mont Cindre.

Le Conseil souhaite privilégier l'offre qui maintient les caractéristiques initiales de ce service, tout en permettant le redressement financier de la radio, le désintéressement des créanciers et, dans la mesure du possible, le maintien des emplois. Le plan de continuation présenté par l'association Les Amis des Ondes est le plan qui répond le mieux à toutes ces préoccupations et aux critères de l'article 29 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée,notamment à celui de la sauvegarde du pluralisme. Le nouveau Conseil d'administration de l'association propose en effet de conserver le format, la ligne éditoriale et la catégorie de la radio, de rembourser la totalité de la dette sur dix ans et de maintenir trois emplois sur quatre, tout en présentant un projet crédible de réduction des charges. et de redressement financier. Les cinq plans de cession présentés proposent tous un passage de la radio en catégorie B (services de radio locaux ou régionaux indépendants), alors que cinq services locaux commerciaux sont déjà diffusés dans la zone de Saint-Etienne, ...

Pour ces motifs. le Conseil a rendu un avis favorable au plan de continuation présenté par l'association Les Amis des Ondes, et un avis défavorable aux cinq plans de cession. "
-----------------------------
Nous attendons maintenant le passage devant le tribunal.
A dans quelques jours (semaine ...) pour la conclusion.

Loic Geraci "Caliman" pour Dio


C'était censé être l'enchère record sur eBay : 3 millions de disques vinyles et 300 000 CD vendus le 20 février dernier par Paul Mawhinney, un ancien disquaire américain de 69 ans habitant Pittsburgh ayant décidé de céder le fond de son magasin. L'acheteur, un internaute irlandais, avait conclu l'enchère pour 3 002 150 dollars.

Mais les disques resteront pour l'heure chez le vendeur. L'offre de l'acheteur, sous le nom d'utilisateur Jopsoup, s'est en effet révélée frauduleuse.

Selon la Pittsburgh Post Gazette, après la vente, le fameux Jopsoup a reçu un e-mail de eBay confirmant qu'il avait bien remporté l'enchère... et n'a pas compris de quoi on lui parlait ! Son pseudonyme avait été usurpé et utilisé par quelqu'un d'autre pour enchérir sur son dos, a-t-il expliqué à eBay.

Paul Mawhinney va donc remettre sur le marché ses trésors, patiemment amassés en 60 ans, mais plus discrètement. Il a expliqué à l'agence AP avoir déjà contacté lui-même les six autres enchérisseurs. Trois personnes l'ont contacté directement.


Samedi 29 Mars à l"assomoir concert exceptionnel de sortie d'album ISP vs Phonetic Order (places
limitées!!) PAF 5 euros.

Une nouveauté exclusive: l'album solo de Tai-Luc dans les bacs en vinyl et CD !!
bientôt une séance de dédicace à la boutique, notez la date le samedi 19 Avril 2008..

Tai-Luc, chanteur-guitariste de La Souris Déglinguée, groupe mythique de la scène underground, auteur de plus de plus de cent chansons, s'évade un temps de son répertoire eurasien pour revisiter les airs fredonnés sur les bancs du lycée et les vieux vinyles de sa discothèque
Il interprète 15 titres sur cet étonnant Jukebox où s'entrechoquent Musique populaire américaine, des clubs de New-York aux bastringues du Texas, et rengaines intemporelles des cabarets de Montmartre aux bals de Saint-Ouen.

Autant d'hommages de Tai-Luc à Lou Reed, Hank Williams, Johnny Horton, Johnny Smith, Al Dexter, Pierre Mac Orlan, Charles Aznavour, René-Louis Lafforgue et Jean-Baptiste Clément.
Seul instrumentiste dans cet album de guitares et de bruitages, Tai-Luc ose les combinaisons de style les plus impensables, dans un mélange improbable de fox-trot, de java, de slow-rock et de quadrille. Les chansons trouvent finalement leur fil conducteur grâce à sa voix singulière, enjouée ou moqueuse, et à son inaltérable punkabilly boogie SAUVAGE.

source:
http://www.clandestines79.fr/

Ce vendredi 29 février concert exceptionnel à l'Assomoir Lux Mental Hospital et Les Boulenvrac en tournée!!

Nouvelle rubrique, nouvelle chronique hebdomadaire sur l'actualité musicale locale et globale! animée par Bold records sur TL7 depuis juin, dans l'émission Vox Populi de 12h30 à 13h! une rubrique a été mise en ligne sur ce site, résumant le sommaire des émissions
Reprise des émissions depuis: Jeudi 06 Septembre 07


billeterie pour l'inauguration du Fil et la suite en prévente ici depuis Décembre ,réservations fortement conseillée!! checkez la Programmation des 3 jours du 31 JAnvier au 2 février

le fil ouvre bientôt, l'annexe est ouverte rue gérentet:myspace.com/smaclefil

Samedi 8 décembre: Khoe wa joue sous les arcades de l'hôtel de ville!!
Samedi 15 décembre: Deskaya! +emission Radio Dio
Samedi 05 Janvier: Granfred!+ mix de Karlito
Samedi 12 Janvier: Alyson B, Norma Jean BAker Underwear!+emission Radio Dio

La billeterie pour l'inauguration est arrivée à la boutique: 3 jours de concerts non stop!!

Prochain concert exceptionnel organisé le 16 Novembre à l'assomoir Les Pookies Swad et Only Sgueg pour une méga soirée!!!!

c'est officiel, Oulala l'asso organise une soirée plus intime pour réunir toute la tribue, le Samedi 24 Novembre à proximité de Saint Bonnet le chateau (lieu exact précisé lors de la remise des places.)

Un couscous maison vous sera proposé + concerts + DJs pour 10 €. Nous nous limittons à 200 repas. Au delà, où pour ceux qui n'aime pas le couscous ou ... accés possible à la soirée pour 5 €. Dans les deux cas reservations obligatoires.
Les couscous pourront être servi de 19 h à 22 h.
Pour réserver contacter
christophe 0611809088
christophedelimard@yahoo.fr
ou contactez tout autre membre du Conseil d'admninistration.

Le rayon vètement s'étoffe, arricage de casquette américaine! de sweatshirt, robes et vestes zipppées de marque "Hardcore Session".

Gros arrivage du label Kicking records: en vinyl le dernier Hellbatz, Black zombie Procession de la tuerie, plus une sélction de CD et 45 tours au poil!! l'album de Generic, le tribute aux Sheriffs, Nothing more, hateful monday...

Le split EP qui réunit the Black Zombie Procession et Billy Gaz Station est disponible.Un beau vinyl qui fête 1 an d’activité du label Kicking Records.

Un 45t au goût de sang avec 4 titres inédits de 2 combos qui commencent à bien faire parler d’eux.
2 nouveaux titres des Black Zombie Procession qui confirment la surprise de leur premier album... Punk Rock incisif et puissant ’que l’on nomme, de notre côté : Epic and Horror Punk Rock), toujours avec cette petite touche Heavy, des riffs calibrés pour la destruction, des mélodies qui vous mettront à terre... et la première trace discographique avec Forest (le nouveau chanteur). Une mise en bouche plus que prometteuse pour leur 2ème album à sortir en Avril 2008.

2 premiers titres gravés sur support pour Billy Gaz Station, nouveau power trio alléchant fondé par Billy the Kill (folk singer, ex-Second Rate, ex-Lost Cowboy Heroes, ex-the Waterguns) et 2 membres de Headcases. Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Power Pop à grosses guitares avec un gros côté Grungy des 90’s !

Le split EP de la rentrée, à n’en point douter ! Avec une pochette dessinée par l’illustrateur américain EEE Adams et le français Bertrand Beal. Du costaud ! Ainsi qu’un petit bonus non négligeable : un mini fanzine glissée dans la pochette du disque... ce n’est plus un disque, c’est une pochette surprise !

Le nouveau Fanzine de nasty Samy est dispoinble "everyday is like sunday"

FANZINE EVERYDAY IS LIKE SUNDAY : relié, imprimé, couverture couleur, 100 pages. Archives du site (2006-2007)... du gros, du lourd, du puissant. Un gros bouquin qui vous propulsera dans les hautes sphères...

Arrivage en Hip Hop, reggae et Techno en vinyl (styles Tek, tribe, breakbeat...) des dizaines de références en stock....

l'adresse du site de Limace en charge de la gestion de la future SMAC le Fil, si vous souhaitez en savoir plus: http://www.limace.org/index.html

Arrivage tout frais début octobre en vinyl et compacts:

le nouveau High Tone en vinyl et compact

Tinitis - sickness plus:

*TACHED OUT s/t 7" EP 45 tours pochette de Laura Satana en couleur sur vinyle orange

*CALAVERA 'A travers Spleen et Mascarades ' CD digipack

*GOLEM OF FLESH ' Les Charpentiers' CD avec pochette en toile de jute

*WITCH HUNT 'Blood Red States' CD digipack

*LOS DOLARES 'Nunca el Olvido' 7" Ep 45 tours pochette de Marald + poster de Sonia


*PERSONKRETS 3:1'The Glorious Dead' LP pochette de Steve VOW


*FALL OF EFRAFA 'Owsla' CD digipack

*NUCLEAR DEATH TERROR CD digipack avec poster dépliant et pochette recto / verso de Mid

*WITCH HUNT nouveau LP / CD

*STOCKYARD STOICS / THE FILAMENTS split 7" EP punk à la Clash US / punk à la Rancid en DIY UK

Plus les 2 derniers exemplaires de Profane Existence, fanzine américain culte avec 2 cd, n° 50/51 et N° 52/53

Arrivage à partir du 3 septembre du label "Oi" UVPR: cd, vinyls et fanzine.

Les arrivages de la rentrée commencent: Le label "José records" avec les productions des Joystix, Flying donuts en vinyl et CD.

Le nouveau Kehnzo est dans les bacs en CD!!

Après quelques mois d'absence, suite à la fin de la société Cyber Press, le magazine Punk Rawk est relancé par un tout nouvel éditeur, qui a également repris Rock Sound et Hard’N’Heavy : Ace Of Spades Publishing.

Mise à part cela, rien ne change : l'équipe rédactionnelle reste la même, le contenu du mag demeure identique (100 pages sur l'actualité punk rock), un CD sampler sera offert en bonus et il est toujours trimestriel.

Sortie en kiosques du prochain numéro : 15 octobre 2007. Date de bouclage : 20/09.

Une adresse officielle suivra prochainement.

Pour l'heure, si vous souhaitez continuer l'aventure avec nous, veuillez envoyer vos disques, promo, infos, news et autres requêtes à :

Frejnik Frank. Olivier Portnoi.
57 passage du bureau 31 bis avenue de Lattre de Tasigny
75011 Paris. France. 94200 Charenton France.
email : frank@punk-rawk.fr email : olivier@punk-rawk.fr
tél. : 01 77 15 47 78 tél. : 06 11 57 15 76



En bas de la page d'accueil une bannière lien sur le site de Radio Dio, le futur s'éclaircit pour l'antenne locale même si le soutien de tous est vivement souhaité...

Premier concert de la rentrée, le 6 octobre (date à confirmer): The black Zombie procession avec the Joystix, bientôt toutes les infos sur la soirée qui sera longue et endiablée.....

Pour fêter la sortie du double album Live "Carried Beyond" des Mystic Revelation of Rastafari et la création du Label YesMusic.
Carotte Production est fière de vous annoncer :

Mystic Revelation of Rastafari

Le Dimanche 15 Juillet en concert Gratuit. Place Dorian 16h30


Mise à jour de la rubrique info ressources à destination des musiciens et organisateurs de spectacles: des dizaines de fiches librement téléchargeables au format PDF.


Du 11 au 21 juin des centaines de promos de 30 à 60% de réduction sur les CD!!

Gros arrivage de Vinyls en imports et français, Reggae, rock, pop...

Jeudi 21 juin plateau Bold Records (Crescendo) Place Jules guesde à saint Etienne à partir de 18H30: 2 scènes des DJ , Alyson B, Nose in the Nose et L'Alambik...

Un sursis accordé pour Radio dio par le tribunal en nommant 2 administrateur judiciaire pour une duré de 6 mois.

Dépôt de Bilan en cours pour Radio dio: Soutien actif souhaité afin d'éviter la liquidation pure et simple et la mise en place d'un projet de sauvetage...


Si vous avez besoin de stickers deadline le 30 MAI prochaine après la fête dela musique!! tarifs imbattables en quadrichromie.

Oulala "La Deuze et demi" se déroulera dans la lignée des actions de soutien mises en place tout au long de cette année; sur le site du Fauteuil à Saint Bonnet le Château le 7 et 8 Juillet avec des animations dans le but d'animer ce week end à la recherche de fonds pour la réalisation de l'édition 2008.
Bientôt le programme complet des 2 journées.


L’ALAMBIK présente sont premier album en co- prod Bold Records : PROHIBITION

* Le mercredi 16 mai à L’Entrepôts Café (Place Jules Guesdes)
* Le Jeudi 17 mai au SANAKA (Place Chapelon)
* Le vendredi 18 mai à l’Assomoir (Parc Giron)
* Le Samedi 19 mai au Dirty Old Town (Rue Emile Raymond)

Plus d’infos sur notre site internet : www.alambik.fr

Voici un extrait d'un mail reçu le 14 Mai, situation catastrophique et inquiétudes quant à l'avenir proche et la pérennité d'une des radios pionnières d'un état d'esprit:

"Suite a de très graves difficultés financières, radio dio risque dans les 2 mois à venir de déposer le bilan auprès du tribunal administratif...
...Pour l'heure, très peu de solutions sont envisageables, les négociations d'echelonnement de paiement avec la salariée ont échouées..
Il faut bien croire que le couperet risque de tomber vite sur le cou d'une radio agée de 25 ans..et qui avec la bêtise de certains administrateurs?? passera en mode silence tout bientôt."

Point final?

Oû la difficulté de concilier l'intérêt commun au bénéfice de la bêtise.

Gageons qu'il sera possible d'éviter le gaspillage de ces richesses radiophoniques.



Dores et déjà la programmation de la fête de la musique est calée sur toute la ville, la communication officielle sortira très bientôt. Pour notre part cela se passe sur la place Jules Guesde (vers l'Entre_pots café, le Colibri, le Sporting) avec cette année deux scènes extérieures, à noter que tout le secteur sera piéton.

Pour cette édition se succèderont des DJ: Lolita Peel, le Roots and Culture warrior sound system et sur la scène une sélection de formations labellisées par le programme"Crescendo": Alyson B (Powerpop) en présentation de son futur nouvel album à paraître à la rentrée, Nose in the Nose (Hardcore Noise) et l'Alambik fort de son Album fraîchement sorti!! Sans la pluie et de 18h à 1 heure du matin!

Ce vendredi a eu lieu la "Battle" de l'année à l'Entre-pots café en mix Dom (Avataria) et Ludo se sont affrontés sur du punkrock années 80, ça twistait dur sur la piste! Grosse affluence et groose ambiance. Le duel aura de nouveau lieu dans d'autres bar. Nous vous informerons bientôt du programme.

Cette semaine l'Alambik fète la sortie de son premier album dans plusieurs lieux de la ville; surveillez le programme sur leur site net:http://alambik.fr/


lDe nouveaux arrivages ont eu lieu malgré les ponts successifs!! des dizaines de nouveautés en import et français en vinyl et CD à prix bas

Fin du festival Paroles et musiques ce samedi avec 2 soirées l'une au hall C et ensuite au Capeb, jusqu'au petit matin pour les festivaliers et début du démontage pour les vaillants organisateurs et leurs équipes...

Le nouvel album des KNX CREW est disponible dans nos bacs!! ce n'est pas un poisson d'Avril!

Slow death sort un fanzine, le numéro 1 est dispo, pour les fans du fanzinat si Violence vous rappelle des souvenirs!! jetez vous dessus vous reconnaitrez la plume! des interviews, des scenes reports, des chroniques d'albums riches et en pagaille.

le festival Parole et musique bat son plein, le stand de la Ligérienne de musiques actuelles est investi tous les jours, voici le programme:...


Samedi 5 mai à 15h : présentation du collectif Limace et du projet « le Fil »
Apéro-mix : Selecta Paco à 12h / Lolita Peel à 17h45

Dimanche 6 mai :
Apéro-mix : Redbong à 12h

Lundi 7 mai à 15h : présentation du tremplin Metropolis 42
Apéro-mix : Redbong à 12h / Show case (?) à 13h

Mardi 8 mai à 14h : ateliers d'écriture/mix avec Redbong
Apéro-mix : Soul Jah'zz à 12h / Fabio Loose à 17h45

Mercredi 9 mai à 14h : ateliers d'écriture/mix avec Redbong
Apéro-mix : Deschannel à 17h45

Jeudi 10 mai à 14h : présentation de Basilica Prod et ASA (Artistes Stéphanois Associés) + show case Alyson B à 17h30.
Apéro-mix : B R OAD WAY à 12h – Show case : H-Trance à 13h / Alyson B à 17h30

Vendredi 11 mai à 17h : DEBAT MUSIQUE ET INTERNET : une nouvelle manière de développer et promouvoir son projet
Apéro-mix : Dandy Freaks à 12h – Show case Chantal Morte à 13h

Samedi 12 mai à 15h : DEBAT MUSIQUES ACTUELLES ET FINANCEMENTS PUBLICS
Apéro-mix : Fedayi Pacha à 12h / B R OAD WAY à 17h45 – Show case à 13h

A noter, la présence d'un stand “Carotte Production” les 6 et 11 mai.

Encore 2/3 trucs à préciser, mais notez aussi que la tente sera accessible tous les jous de 11h à 21h, pour diverses projections, présentations et rencontres...


Des perturbations d'horaires d'ouverture ont lieues actuellement et dues à une surcharge de réunions en raison de l'ouverture très prochaine de la nouvelle salle de concert :Le Fil et toujours la participation à la vie active de l'association Oulala...

De plus l'arret du travail avec la poste et la mise en place d'une collaboration avec un transporteur occasionne quelques absences. Mille excuses encore!

Programme chargé malgré les ponts! la sortie de l'album de l'Alambik co production entre Bold records et le groupe lui même avec une semaine de concerts, d'interviews le 15 mai...

Des arrivages en cours, une semaine de promotion en cours de mise en place: on vous tiendra vite au courant....

Vendredi 11 Mai à l'Entre-pots café grande soirée mix avec 2 DJ, des K'dos une expo d'affiches
de concerts des années 80, début 90...entrée gratuite!

Le printemps se finira par un plateau "crescendo" jeudi 21 Juin sur la place Jules Guesde avec 2 scènes Attention Y'a du gros son en perspective !!!

Mauvaise nouvelle du côté des distributeurs, la valse continue, la legislation concernant la gestion des associations a rejoint celle des sociétés: Overcome dépose le bilan. Les causes un marché en plein déclin et les difficultés imposées par la grande distribution...

La désaffection du public pour les supports enregistrés entraine les structures même les plus dynamiques dans un tourbillon néfaste. Plus que jamais il faut aller aux concerts, utiliser E mule pour découvrir et acheter des skeuds, une collec de hardrive gavés de Mp3 ça jette pas des masses dans une discothèque!

Du coup nous allons surement ressentir cette cessation d'activité au niveau de nos approvisionnements en attendant comme à l'habitude la reprise par une autre structure spécialisée dans l'indé, le métal, le punkrock comme Overcome, qui distribuait bon nombre de llabels européens en plus de leurs signatures.



pour occuper votre week end de paques révisez l'histoire du punk français à ses origines!:
du festival de Mont de Marsan à Lizzy Mercier Descloux sans oublier le collectif Bazooka..
http://paris70.free.fr


Nous travaillons d'arrache pied à l'ouverture du "Fil":

http://www.saint-etienne.fr/index.php?module=cms&action=getContent&id_heading_object=1070


Le prochain concert Oulala aura lieu au hall C à Saint Eetienne le 13 Avril avec les Cagettes, Sofa so good, Lucas, la Caravane Passe ...

Nous distribuons pour sa sortie officielle le 26 Avril le double album live des Mystic revelation of Rastafari qui débutent leur dernière tournée mondiale!!

Première productions Bold Records:L'album de l'Alambik sort début Mai. A suivre..

Derniers arrivages en vinyls et cd pour les amateurs de lourd de grind, crust et autres métalleries en puissance en provenance de Relapse,Power it up, Deep six, Pathos prods, T.S.O.B., Bones Brigade:
Embalmer, Dehumanized, Disgorge,Gronibard, Vorkreist, Last days of humanity, Collision, Leng Tch'e, le split Eibon/ hangman's chair, Total fucking destruction, Drowning, Disgust, Mortician, Cephalic carnage, Agathocles, General surgery,Skinless, Suffocation, Pig destroyer, Phobia...!!


Intermittents : signature du nouveau protocole

Le 2 mars 2007, le Medef, la CFDT, la CGC et la CFTC ont signé le texte de l’Unedic qui modifie l’assurance chômage des intermittents du spectacle selon le protocole d’avril 2006. Une manifestation nationale est prévue le 12 mars.

En avril dernier, ces syndicats ont établi un protocole d’accord signé le 21 décembre. Vendredi, l’Unedic a donc proposé un texte modifiant le régime des intermittents à ces organisations qui l’ont validé.

La règle d’admission à l’allocation de retour à l’emploi reste, comme depuis 2003, fixée à 507 heures sur 10 mois pour l’annexe 8, ou sur 10 mois et demi pour l’annexe 10.
La CGT, syndicat largement majoritaire dans ces professions, s’oppose à ce protocole qui, selon elle, assoie encore un peu plus l’accord de juin 2003 qui avait provoqué une crise sociale importante et la perturbation des programmes d’été.
Suite à l’accord de 2003, 40 000 intermittents exclus du régime auraient été "récupérés" par un fonds transitoire, par la suite transformé en "fonds pérenne de professionnalisation et de solidarité".

La CGT et la Coordination des intermittents et précaires d’Ile-de-France appellent à contester cette nouvelle signature et à manifester le 12 mars prochain.
Le texte sera prochainement publié au JO. Deux organisations représentatives peuvent déposer un recours dans les 15 jours qui suivent la parution. Le 8 mars prochain, lors d’un Conseil national des professions du spectacle (CNPS), les partenaires sociaux seront aussi informés du projet de décret pour le fonds de professionnalisation.
Ensuite, dans le courant du mois de mars, le Conseil supérieur de l’emploi formulera un avis sur le texte modifiant les annexes 8 et 10, et les nouveaux textes seront soumis à l’agrément de la Délégation générale à l’emploi et la formation permanente.

Voici un programme de soirées organisées par Bold Records, des mixes, des showscases, des projections...

Le samedi 2 Mars soirée de soutien à oulala Festival à l'Entre-pots café: avec des mixes, des projections, un point récolte de verre blanc pour le recyclage à partir de 19h (entrée gratuite).

Le samedi 16 Mars soirée d'ouverture du Fetival Les Printemps Hurlants à l'Entre-pots café, des mixes.... (entrée gratuite).

Arrivage le 19 Février du CD remix de Red Bong:13 titres avec MR HIII, Piloophaz.... Plus l'album de John Venture enfin disponible (Eh oui il était épuisé!)avec une partie DVD en bonus!!) Exclusivité Bold Records: Ne vous fatiguez pas en grande Surface! 10 euros.

Dans le cadre du programme crescendo pour le concert "la nuit des stéphanois" Samedi 9 Février vous avez pu voir une série de cadres composés de flyers des concerts associatifs ayant eu lieu à Saint Etienne entre 2004 et 2007. Cette expo "Rock in Town!" concoctée par Bold Records est dorénavant visible à l'Entre-pots café pour une durée d'un mois. Cette expo qui à été accessible aux groupes de zik locaux au local de "Ciel les Noctambules" la semaine dernière se promènera tout au long du printemps!..

Nouvelle évolution du site: tous les intraliens sont dorénavant actifs, vous pouvez simplement aller sur le lien d'unsite une d'une adresse mail en cliquant dessus

Le conseil Municipal de Saint Etienne a voté ce lundi 5 février la Délégation de service public de la gestion de la salle Le Fil à la Ligérienne de Musiques Actuelles dont Bold records est un des instigateurs. Ouverture prévue au public fin 2007-début 2008.

La prochaine bourse aux disque aura lieu le Dimanche 25 février à la bourse du travail de 10h à 18h. (Nous y serons).

Le cd remix de Red-bong et la réédition de l'album de john Venture sont disponibles.


En Février focus sur le label Jarring Effects: avec le dernier album de l'Oeuf raide en cd, le maxi et le split avec Lab° du groupe La Phaze en LP, l'album tant attendu d'Azian Z, le maxi et l'album de Reverse engeenering (groupe suisse),le dvd de Mei tei Sho et en lp le Zentone (issu de la collaboration entre High Tone et Zenzile) et le Re-processed (remixes de High Tone par la crème de la scène electro... De bonnes galettes à écouter mixer,triturer!!

Quelques restocks de fin de mois: la compil' Bipp "french synth wave 1979-85", le vinyl collector édition limitée Party Animal le dernier album de Turbonegro, l'album Avenue x des Turbo AC's, The Vageenas, Scrapy, No Respect, un superbe picture disc de God Forbid, Converge "split Hellchid", le premier album deHardskin en vinyl, the real mc kenzies en vinyl, Le Tribute aux wampas ...


Le premier concert de l'année (pour Bold et l'ASA) a eu lieu samedi avec en ouverture le duo Generic de Besançon, les hollandais de Green Lizard et pour couronner la soirée Dead pop club. Enfin difficile de jouer après Green Lizard, un mur du son et de qualité de jeu! Une salle comble, une ambiance toutafon et trois groupes qui ont chacun livré un SET irréprochable. Ce qui a impresionné les groupes (et surtout inquiété!) est le fait qu'avant 21 heure la salle était vide, à cette heure ci les concerts s'achèvent presque normalement, mais c'est sans compter sur la horde de Fan qui s'est pointée à une centaine d'un coup d'un seul dans ce local si mystérieux d'accès! Un grand merci aux bénévoles et aux occupants de ce lieu.

La boutique sera exceptionnellement ouverte Dimanche 24 Décembre après-midi de 14h à 19h; mais fermée lundi 25 Décembre et lundi 1er Janvier 2007.

La barre des 18000 visiteurs et des 100000 pages lues est franchie!

- Nouveau pour passer vos commande la boutique en ligne est activée et presque totalement

répertoriée (en cours). Paiement en ligne sécurisé et mode de livraison suivi et garanti.

-Nouveautées du label "le vilain chien" en vinyls!
en 45 TOURS:

Le club des chats " Pump up the seed" post punk déjant'
Le chevalier de Rinchy "mes plus belles chansons d'amour" pop orchestrale tordue!
Laurence Wasser "der lift" dissonante noise dance!
The Geeks

En LP la compilation sur le label américain SS records: "Tête de bébé"
avec 12 groupes (Volt, Crash normal, Cheveu, Kania tieffer, Lili z le club des chats...) le meilleur de la scène garage actuelle.

le 12/12/2006 Wiz (RIP)

*Vous avez peut-être appris la triste nouvelle mais Wiz, chanteur de Megacityfour et Ipanema est décédé la semaine dernière des suites d'une attaque cérébrale à 45 ans.

-Les dernieres news de Jarring Effects:

HIGH TONE: (dans les bacs) continue ses collaborations artistiques avec les angevins ZENZILE pour cet album mémorable intitulé ZENTONE . Cet opus, qui réunit les deux formations phares du DUB français,disponible depuisle 28 août. Suite à un travail passionné sur la composition de 10 morceaux, les deux groupes ont ensuite travaillé séparément sur les mixes pour apporter une couleur personnelle à chaque titre. Comprenez au final que les mixes de la version vinyle ne sont pas les mêmes que ceux de la version CD, l’un étant le négatif de l’autre. Si un titre est mixé par HIGH TONE sur le CD , c’est la version de ZENZILE que vous retrouverez sur le VYNILE . Bref, pour avoir en intégralité tous les mixes du ZENTONE , il faut posséder les deux supports aux pochettes bien distinctes !

Azian Z:(sortie le 5 février 2007) Au départ, c’est l’histoire d’un homme seul : il se nomme Takeshi Yoshimura et il arrive directement de l’empire du soleil levant après avoir traversé quelques déserts, la guitare en bandoulière (sic). Dans ses valises, une beat box, une paire de sunglasses et un concept sonique pour le moins révolutionnaire savamment baptisé Porn Pop : un nouveau style musical mixant allégrement rock electro cinglant et new wave disco pop, qu’il agrémente de textes sérieusement grivois nécessitant une connaissance certaine du Kama-sutra ainsi qu’un sérieux zeste d’humour nippon ni forcément 1er degré…

C’est à Lyon que notre Porno Pop Star (c’est bien de cela dont il s’agit) rencontre quelques autres expatriés virtuoses et surtout sur la même longueur d’ondes (comme quoi tout arrive…) ; il décide alors de fonder Azian Z après le bug de l’an 2000, histoire de dérider les masses occidentales frileuses pas encore adeptes de Porn Pop mais qui ne perdent rien pour attendre… Après une série de concerts dans la région désormais mythiques (Pez Ner, Ninkasi, Jonk Café, Transbordeur etc.), le groupe fera paraître un premier CD 6 titres chez Perrave Productions à l’automne 2002 ( Porno Star), qui lui permettra d’enchaîner sur une tournée nationale pas piquée des hannetons.


Suivant la logique Today your love, tomorrow the world (!), c’est justement en live qu’Azian Z délivre sa pleine mesure autant pour la fête des oreilles que pour celle des yeux !! En effet messieurs dames, pendant que le trio – Takeshi (chant, guitares, sunglasses et poses suspectes), Koji (basse, chant, sauts de l’ange et sourire rivé aux babines) et Rumi (claviers, chœurs, machines et féerie) – martèle consciencieusement son electro pop à même de faire valser les invalides, les « Come On Girls ! » emmenées par Ko Chan (Cheftaine de balais, chœurs et accessoirement Kung Fu) en « sailor fuku » (costume de marin – tenue des lycéennes japonaises) enchaînent les chorégraphies subtilement exécutées et faussement pudiques pour transfigurer les prestations scéniques du groupe en véritables shows du 21e siècle ! Ajouter à cela des vidéos projections en simultanée qui, au-delà du clin d’œil au cinéma asiatique diffusent en permanence les traductions en français des chansons interprétées en japonais, mais aussi en japonais dans le texte pour un karaoké géant en direct live et brut de décoffrage ! Vous comprendrez ainsi l’enthousiasme non feint que déchaîne aujourd’hui Azian Z auprès d’une jeunesse en mal de repères…

Fort de ces multiples expériences sur les planches encore brûlantes, Azian Z franchit à présent un nouveau pallier en rejoignant l’écurie du label Jarring Effects (High Tone & co), chez qui paraîtra début 2007 un tant attendu 1er album titré « Za Gaijin », enregistré, mixé, malaxé et masterisé à la Supadope Factory (studio du Peuple de l’Herbe et bonne adresse, cela va sans dire). Entre la nouvelle traversée des steppes qui s’annonce et la sortie de cette galette aux saveurs Porn Pop exotiques, nul n’est dorénavant censé ignorer que l’année 2007 sera celle d’Azian Z.


- Article publié dans le Journal La Tribune vendredi 22 décembre:

La Limace sur le Fil

A la tête de la future Smac - scène de musiques actuelles - de Saint-Etienne se trouverait La Limace, regroupement de vingt-deux associations.


La nouvelle était attendue avec une certaine impatience, la pierre de la future SMAC - scène de musiques actuelles - baptisée Le Fil, ayant été « posée » fin octobre à Saint-Etienne. Qui dirigera, en délégation de service public, cette nouvelle structure pouvant accueillir jusqu'à 1 200 spectateurs ? Une structure qui sera surtout lieu d'accueil, d'accompagnement, de création et de formation aux métiers musicaux et techniques, dont l'ouverture est prévue en décembre 2007.
Après appel à candidature lancé en mai 2006, un premier choix avait été fait, et pour les oraux passés il y a une quinzaine de jours devant un jury essentiellement issu de la municipalité stéphanoise, seulement quatre candidats restaient en lice.
L'équipe de Simon et Marc Javelle, initiateurs du fameux festival Paroles et musiques à Saint-Etienne ; La Limace, regroupement de vingt-deux associations de Saint-Etienne et sa région, avec notamment Radio Dio, et La Fabrique d'Andrézieux-Bouthéon ; une autre association stéphanoise dans laquelle apparaît la fille de Philippe Louisgrand qui, il y a peu, était directeur de l'école des Beaux-Arts de Saint-Etienne. Enfin la Smac de Seine-et-Marne baptisée File sept, en association avec le Ninkasi. Même si le résultat n'est pas encore tout à fait officiel, ce serait La Limace qui, sur le fil, aurait remporté les suffrages.
Ce qui pose un autre problème pour ce collectif dont aucun des membres ne prendrait la direction : il faudra un autre appel d'offre national pour trouver un directeur à la Smac. Suite au prochain numéro.
PATRICIA HERBIN

-Le prochain concert de l'asso soleil levant: le 3 mars 2007 au hall C à Saint Etienne avec les Caméléons et made in Canap (billets disponibles à la boutique).

-Le concert "la nuit des stéphanois" aura lieu au printemps 2007 c'es la structure Ciel les noctambules qui se colle à la prod de cette soirée avec les groupes lauréats Crescendo 2006, mais aussi un focus sur les groupes locaux. (Amener leur vos affiches et vos bouilles).

-Les billets pour le concert "7 heures de zik" au palais des spectacles le 9 mars 2007 avec les NSK,

Whitweed, Shaman tribu, la mine de Rien sont en vente au tarif de 19 euros.(Yeah asso organisation).

-Les billets pour le festival "les printemps hurlants" organisé par Salamalek Prod avec Knx Crew,

Semtazone, mon côté punk, marypoppers, punish yourself et kaly live dub au hall C les 23 et 24 mars sont en prévente.

-Suite au concert des Wampas, Dionysos et Marcel et son Orchestre au Palais des spectacles de Saint Etienne début décembre: l'association Arrache Prod suspend ses activités. (à suivre)

- Avis aux autoproduits régionaux de tous styles n'hésitez pas à nous envoyer vos nouveautés, nous les mettrons dans nos bac!(pas de rachat aux particuliers!)

-Le centre info ressource s'étoffe de documentations en direction des formations musicales,

producteurs, organisateurs.

-Suite au concert anniversaire du 14 Octobre et la venue des Flying Donuts le 19 Octobre: le samedi 13 Janvier bold Records vous propose en collaboration avec l'ASA pour bien attaquer 2007 un "plateau émoglampunkrock" avec Dead Pop Club, Généric et green Lizard au Local 100% rue Palluat de besset. (paf:6 Euros).

-Target Magazine diponibles les N°3, 4, 5,6 et 7 (décembre,janvier2007) du rock du garage des

potins!..

-L'équipe de la future SMAC dénommée "LE FIl" sera désignée d'ici la fin de ce mois de décembre, il ne reste que 4 candidats en phase de négociations avec le jury. Les travaux sont en cours depuis octobre et la livraison est prévue pour fin 2007. A noter Bold Records siège au conseil d'administration du collectif LIMACE qui a présenté un dossier de candidature à la gestion de la Délégation de service Public.

-"Les murs du son" est un espace dédié aux musiques actuelles qui a été inauguré ce mardi 12

Décembre; il regroupe les activités de Yes High Tech (sonorisation), fifty fifty prod (studio

préprod et prod), Carotte prod (tour..), Salamalek Prod (tour..) et yes Music (label). Ce lieu de

travail de musiciens est situé 20 rue Saint Joseph à Saint Etienne. www.yeshigh.fr

-Des billeteries de concert au Hall C sont toujours disponibles aux tarifs réduits.Bold Records y

apparait régulièrement avec son stand de disques,de dvd, de patchs, badges, tee-shirt,

fanzines,stickers,piercings,accessoires de mode!

-Testez le service de restauration de vinyls: à partir de vos albums 33 tours, 45 ou 78 tours nous apposons un traitement antistatique, procédons à un enregistrement studio, numérique de qualité professionnelle. Les craquements et souffles sont effacés au mmoyen d'un programme inforamtique de traitement sonore et les chansons sont enregistrées au format audio (stéréo, 44khz, 16 bit) sur un compact disque. délais courts.Le boitier et une pochette sont également fournis.

-La bourse aux disques de Saint Etienne se déroulera avec toujours autant d'exposants à la bourse du

travail le dimanche 25 Février 2007, de 9 h à 19h. Nous y serons présents.


-Disponible depuis cet automne la compilation "M-C1" regroupant l'élite du rock'n'roll Clermontois avec entre autres: Aftersun, The Elderberries, A smell of fox, The Suppozitors...

-Les éditions Rytrut proposent dans nos rayons 2 excellents livres: "La Philosophie du punk" ouvrage traduit de l'americain Craig O'Hara et un recueil des textes du groupe anglais Crass intitulé "Chansons d'Amour".

- L'équipe du festival Oulala a mis en place des points de récoltes de recyclage de verres

accessibles à tous afin de collecter des fonds pour la nouvelle édition été 2007, des concerts de

soutien sont aussi prévus courant l'année. Plus d'infos sur le site internet du festival.

www.oulalafestival.com

- l'appel à candidature 2007 pour la programmation de la fête de la musique de Bold-Records est ouvert: nous attendons vos démos.

- A nouveau dans les bacs et plus pour longtemps le fameux 45 tours des Bellrays avec la reprise de Nino Ferrer!(sorti chez Turborock Records).

- Bientôt le désormais groupe culte Frustration (le maxi et l'album sont toujours disponibles) en

concert à Saint etienne. A suivre..

-Les productions DIY du label de Calavera sont arrivées avec l'intégrale du groupe Calavera, le LP de Vömit för Breakfast, le cd de Trauma, bientôt le nouveaau Golem of Flesh.

-Les productions de Green War rds sont arrivées: LP de Benighted et inhumate dans une veine métal!

- réédition exceptionnelle dans un coffret double cd de l'intégrale du groupe Heimatlos à bas prix.

-l'excellent label Lyonnais Jarring Effect continue son travail de défricheur du meilleur de la
scène électro actuelle avec de nombreuses productions que nous avons en stock et nouveautés: Reverse engineering, High Tone, Ezekiel,L'oeuf raide... A noter le succès du festival Riddim Collision qui s'est déroulé fin Octobre sur 4 jours dans différents lieux à guichets fermés pour la plupart des soirées.

Signature de l’accord proposé par la mission Olivennes

La mission confiée en septembre dernier par le ministère de la Culture à Denis Olivennes pour développer l’offre légale de musique en ligne et enrayer les téléchargements illicites est arrivée à son terme. Validées par le président de la République, ces propositions aboutissent à une forme de consensus entre producteurs et FAI.

Le rapport de la mission Olivennes, bien qu’il n’est pas encore été rendu public, a été validé ce matin par le ministère de la Culture et par le chef de l’Etat.
En voici les principales décisions et réactions.

Concernant l’offre légale, le rapport préconise une offre sans DRM pour la musique (et une mise à disposition plus rapide des films en VOD pour le cinéma). Côté répressif, le rapport propose qu’après envoi de deux courriers électroniques d’avertissement, les abonnements à Internet des fautifs soient suspendus pendant une certaine période. Après de difficiles concertations, les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) ont finalement accepté ce point. La gestion de ces sanctions sera pilotée par une autorité indépendante, probablement l’Autorité de régulation des mesures techniques créée peu après le vote de la DADVSI.
Autrement dit, les pistes des contraventions et celle du filtrage généralisé n’ont pas été retenus.

Ainsi, le consenssus trouvé par la mission Olivennes engage :
- l’Etat à proposer au Parlement des textes de lois permettant la mise en place du mécanisme d’avertissement et à travailler avec la Cnil à la constitution d’un répertoire national des abonnés dont le contrat a été suspendu
- les producteurs à mettre à disposition les sources permettant l’établissement de catalogue aussi larges que possible
- les FAI à envoyer des messages d’avertissement et à collaborer avec les ayants droit à l’élaboration de techniques de filtrages des réseaux

Le Snep, l’Upfi, la SCPP et la Sacem se sont d’ores et déjà félicités de cet accord, estimant qu’il y avait là lieu d’envisager des avancées concrètes pour lutter contre le téléchargement illégal. L’Adami, satisfaite sur la globalité du projet, regrette que l’accord n’est pas été l’occasion de prendre des mesures pour une plus juste rémunération des artistes. A contrario, l’UFC Que Choisir estime qu’il s’agit là de mesures antiéconomiques, et à contresens de l’histoire.

En attendant la diffusion complète et officielle du rapport…

IRMA le 23 11 2007

Les disquaires et la distribution en 2006:

En pièce jointe le rapport Landau ( document officiel)

L’Observatoire de la musique vient de publier un "Etat des lieux de l’offre de support musical" en France en 2006. Cette enquête expose trois facteurs expliquant la décroissance structurelle du marché physique : la rationalisation des investissements liés à l’offre musicale, la concentration de l’offre et la dévalorisation du support.

Extraits :

• Une stratégie de rationalisation des investissements

"C’est ainsi que les orientations actuelles de certaines enseignes (mise en place de plans prévisionnels de gestion de compétence et de formation, déménagements de sites voire de sièges d’entreprise) augurent des redéploiements ou des coupes dans les charges salariales des entreprises de ce secteur de distribution.

En l’absence de toute nouvelle concertation, cette dégradation du marché entraînera une concentration de l’offre et une marginalisation de réseaux de points de vente, plutôt communautaires, à la frange de l’économie.
La distribution « indépendante », hors réseaux et hors enseignes de prestige, sera cantonnée aux marchés de niche pour des disquaires (libraires ?) spécialisés, capables de connaître et défendre leurs répertoires de prédilection en fonction d’une attente forte d’une clientèle d’amateurs et de professionnels."

• Une concentration de l’offre exposée

"Quelle que soit (mais pour combien de temps ?) la présence de nombreux répertoires, la concentration de l’offre vendue atteint un niveau extrême, en 2006 : 5,7% des références vendues totalisaient 90% du marché en valeur.
Cette pente récurrente de la concentration conduira à sortir des linéaires une forte proportion des catalogues existants.

Si la situation actuelle permet encore de constater :

Une présence des grandes surfaces dédiées, pour partie à « l’environnement musical », implantées dans les plus grandes villes/périphéries,
Un maillage soutenu de magasins disposant d’une offre inférieure à 10 000 références dans les villes moyennes (où l’on constate qu’il y a de moins en moins de points de vente de proximité),
cette situation va évoluer dans un sens peu favorable à l’exposition, en magasins, de la production musicale et donc de la diversité musicale proposée dans ces lieux. "

• Une dévalorisation problématique de la valeur du support musical
"Face à la croissance de modes d’appropriation de la musique facilités par de multiples interopérabilités entre lieux de vie et terminaux mobiles (ordinateurs, téléphones portables, baladeurs), le point de vente physique sera de moins en moins le passage obligé pour l’écoute et l’appropriation de musiques.

Durant les années fastes, le secteur de la production musicale, majoritairement distribué par des sociétés multinationales, a privilégié un marketing de masse relayé par les grandes surfaces alimentaires, au détriment d’un maillage plus spécialisé sur des territoires moins peuplés perdant, de ce fait, le contact avec certaines clientèles.
(…)
L’effet en spirale de cette dégradation de l’offre physique a une double conséquence :
Un risque réel de disparition d’acteurs, intermédiaires économiquement, touchant de nombreux secteurs de la filière dont les producteurs indépendants,
Une frilosité compréhensible, en termes de prise de risque, pour les grandes maisons de production dès lors que l’un des maillons essentiels de la chaîne commerciale (90% du chiffre d’affaires du marché, 80 % à l’horizon 2010 ?) s’affaiblit.
(…)
Le défi est donc plus dans une recherche de valorisation et de rentabilité que dans un hypothétique accroissement de chiffre d’affaires provenant de la seule vente directe de la musique.

En effet, la diffusion numérique qui est un des traits marquants de l’internationalisation du marché musical, engage de nombreux industriels à contractualiser directement avec les maisons de disques.

Ces accords partenariaux qui modélisent de nouveaux champs de commercialité pour la musique, sur des offres de produits/services, à forte valeur ajoutée, à l’appui de marchés publicitaires à l’international, se font entre acteurs industriels autrement plus puissants2 que les acteurs français historiques.
(…)
Si cette évolution générale concernant le marché physique musical est inéluctable, la question, dès lors, est de savoir quelle place serait réservée aux secteurs d’édition et de production phonographique indépendants dans une réflexion, engageant les acteurs de la filière musicale y compris le pole diffusion radiophonique et télévisuel, sur l’équilibre entre concentration de l’offre et services de proximité qui correspondent plus aux évolutions de consommation.

Si des grandes villes ou villes moyennes ont marqué leur intérêt pour l’implantation de « grands paquebots culturels », au détriment, par ailleurs, des commerces ou lieux de spectacles de proximité, les efforts consentis pour que le spectacle vivant soit bien présent au sein de leurs cités et disponibles au plus près de leurs concitoyens ne sont pas souvent accompagnés d’une réflexion globale, transversale, alliant tous les acteurs de la filière et plus précisément, toute cette catégorie d’acteurs indépendants dont les petits lieux et les radios associatives, qui expriment complémentairement cette revendication de la diversité musicale."

Document IRMA septembre 2007.

Politique culturelle rentrée 2007:

La lettre de mission adressée au ministère de la Culture

Le président Nicolas Sarkozy a adressé à la ministre Christine Albanel sa feuille de route pour mener les actions de l’Etat en matière culturelle. Un "plan de sauvetage de l’industrie musicale et, plus largement, de protection et de promotion des industries culturelles couvertes par les droits d’auteur et droits voisins" fait parti des axes prioritaires demandés à la nouvelle ministre.

Les principaux points de la lettre de mission :

La démocratisation des oeuvres populaires
"L’heure d’un nouveau souffle pour notre politique culturelle est donc venue, celle d’adapter l’ambition d’André Malraux au XXIème siècle". Pour cela, le ministère de la Culture doit s’appuyer sur l’école (en se rapprochant du ministère de l’Education Nationale) et sur les médias. France Télévisions et Radio France auront ainsi la charge de multiplier et diversifier leurs offres de programmes culturels, "fondées sur des programmes populaires de qualité aux heures de grande écoute". Est précisé pour les radios privées, que le ministère doit dresser avec le CSA "un bilan des règles applicables en matière de quotas et proposer des aménagements permettant d’améliorer l’exposition de toutes les musiques".
Sur les financements publics de l’Etat, une réforme est attendue pour que la "démocratisation culturelle veille à ce que les aides publiques à la création favorisent une offre répondant aux attentes du public". Les conditions d’attribution des aides vont ainsi être revus et chaque structure subventionnée devra rendre compte de son action "et de la popularité de ses interventions". Des obligations de résultats seront demandées et la reconduction des aides et des subventions ne sera plus automatique.

Le sauvetage de l’industrie musicale
Ce plan comprend trois volets : la montée en puissance d’une offre numérique diversifiée, bon marché et simple d’utilisation ; la prévention et la répression de la piraterie numérique ; l’aide à l’adaptation des structures et des modèles économiques des industries concernées.
Citant en exemple le cinéma et le livre, le chef de l’Etat souhaite que l’action des pouvoirs publics se poursuivent "au service de l’indépendance et de la prospérité de ces industries". Il demande ainsi à la ministre, dans le cadre de la renégociation de la sixième directive TVA, de "s’efforcer d’obtenir le droit pour notre pays d’appliquer un taux de TVA réduit à l’ensemble de nos biens culturels, dans l’univers physique comme sur les réseaux".
La lettre se poursuit ainsi : "Vous ferez de l’interopérabilité une priorité majeure. Parallèlement, vous rechercherez les voies et moyens pour conclure un accord interprofessionnel permettant de dissuader efficacement et de réprimer la contrefaçon de masse. Les solutions techniques existent, elles doivent être expérimentées et mises en œuvre. Vous nous proposerez les mesures d’accompagnement utiles à la sauvegarde et à la transition des industries culturelles vers de nouveaux modèles de développement et de croissance. A partir d’un bilan de la loi DADVSI, vous préparerez enfin les prochaines échéances législatives et communautaires. Notre pays doit être en position pionnière en Europe pour la défense des droits, la diffusion de contenus numériques, la promotion de l’interopérabilité et la responsabilité des acteurs de l’Internet".

Concernant la repression du téléchargement illégal, la mise en place d’une commission a d’ores et déjà été annoncé fin juillet. Cette instance, à laquelle participeront probablement Denis Olivennes, président de la Fnac depuis 2003 et auteur de l’ouvrage « La gratuité c’est le vol » et Didier Lombard, Pdg de France Télécom, devra étudier les moyens de renforcer la lutte contre le téléchargement en veillant à ce que les sanctions soient correctement appliquées. Son rôle sera également d’accompagner au développement d’une offre légale plus vaste et de travailler avec les FAI pour que ces derniers envoient des messages de prévention et d’avertissement.

Seules deux lignes de la lettre concernent les intermittents : "Vous lutterez contre les abus au régime d’indemnisation du chômage des artistes et techniciens du spectacle, et inciterez les partenaires sociaux à limiter l’accès à ce régime aux professions et fonctions qui le justifient".
Cependant, la ministre a annoncé qu’elle souhaitait le maintien de l’allocation provisoire. "La ministre va militer pour que le système d’allocation provisoire soit prolongé au-delà de 2007. C’est un signe d’apaisement en vue de la renégociation de l’assurance-chômage à la fin de l’année 2008" a déclaré son directeur de cabinet, François Ebert.

En conclusion et en guise d’échéance, il est précisé qu’un point sera effectué d’ici un an pour étudier "l’avancement de votre mission et des inflexions qu’il convient, le cas échéant, de lui apporter".

Un ForuMa 2007 européen en septembre annulé

Annulation de l’EuroForuma 20 août 2007
Finalement, l’EuroForuma tel qu’il avait pu être envisagé, n’aura pas lieu du 11 au 13 septembre à Nancy. Pour autant, l’équipe coordinatrice du forum organise les 14 et 15 décembre, à l’occasion de l’étape lorraine du festival Electricity, les premières rencontres professionnelles musiques actuelles et populaires de la Grande Région.





Reprenant l’esprit et le titre de la manifestation de 2005, l’Autre Canal — la nouvelle Smac de Nancy — met en place, avec le soutien du Conseil Régional et de la Drac, un nouveau projet de rencontres et de débats inséré dans le cadre de "Luxembourg et Grande région, capitale européenne de la Culture". Le colloque final se déroulera du mardi 11 au jeudi 13 septembre à Nancy.

Intitulé "ForuMa 2007, Forum européen des musiques actuelles", le nouveau projet se présente ainsi : "Le ForuMa, colloque national des Musiques Actuelles qui s’est déroulé à Nancy en octobre 2005 a suscité l’intérêt des professionnels et amateurs des musiques actuelles. A cette occasion, pouvoirs publics, artistes, organisateurs de spectacles, producteurs, éditeurs, médias, labels discographiques et pratiquants se sont réunis pour débattre et réfléchir au développement du secteur des musiques actuelles en France. L’ensemble des participants a souligné le caractère novateur et participatif du ForuMa, les débats ayant pris corps autour de contributions mises en ligne sur le site internet dédié à ce colloque. Fort de cette réussite collective, le Conseil régional de Lorraine et la Drac Lorraine ont initié aux côtés de l’Autre Canal, scène de musiques actuelles, un projet d’envergure européenne. Ce colloque européen des musiques actuelles est porté par des institutions, associations et structures musiques actuelles de la Grande Région (Sarre, Rhénanie Palatinat, Luxembourg, Communauté Française de Belgique, Communauté Germanophone de Belgique et Lorraine)".


Reprenant le principe de l’organisation en deux temps, le colloque sera précédé d’une construction en ligne des débats sur le site du ForuMa (en reconstruction et en trois langues !), notamment à partir de 6 entrées thématiques :

* La structuration des musiques actuelles en Europe,
* Culture, musiques et Union européenne,
* L’Europe des musiques actuelles et Nouveaux territoires de l’Art - nouveaux enjeux,
* Culture du numérique et cultures face au numérique,
* Les relations culturelles extra européennes,
* La coopération des structures musiques actuelles dans la Grande Région : pourquoi ? comment ?.

Ces thèmes ont été validé par un Comité de pilotage composé :

* de représentants des collectivités publiques : Ministère de la Culture (DMDTS, DDAI), un membre du CSMA (en cours), Conseil régional, Drac, la Ville de Nancy, Arteca, Pôle régional Culture Europe, Ministère de la Culture du land de Sarre, Ministère de la Culture du land de Rhénanie Palatinat, Ministère de la Communauté française de Belgique, Ministère de la Communauté germanophone de Belgique et Etat du Luxembourg ;
* de structures oeuvrant dans le secteur des musiques actuelles de la Grande Région (Electricity Festival (Sarre), Rock Musik Verband (Sarre), Rockhal (Luxembourg), Autre Canal (Lorraine), Pôle régional des musiques actuelles (Lorraine), Lag Rock and Pop ev (Rhénanie Palatinat), Court-Circuit ASBL (Communauté française de Belgique) et Chudoscnik Sunergia (Communauté germanophone de Belgique) ;
* de représentants des réseaux européens des musiques actuelles : European Music Office, Yourope, European Live Music Forum et Artfactories.

C’est ainsi que le projet s’est fixé les objectifs suivants :

"Nombre de thèmes ont désormais une résonance européenne : droits d’auteurs, situation de l’artiste en Europe, nouveaux modèles économiques, emploi, formation, gestion sonore… Parallèlement des réseaux agissent au niveau européen afin de mutualiser les compétences, de mettre en œuvre des solidarités professionnelles et de travailler avec les institutions européennes.

Dans ce cadre, le ForuMa 2007 poursuit trois objectifs :

* Réunir les acteurs européens des musiques actuelles afin qu’ils puissent échanger et débattre autour de thématiques liées au développement du secteur,
* Dégager des éléments de connaissance qui permettront de mieux travailler à l’échelle européenne,
* Positionner la Grande Région comme force de proposition en la matière pour le développement d’actions à l’échelle européenne."

Plus d’infos - Rémy Tirou : chargé de coordination du Foruma 2007, foruma2007@lautrecanal.fr




Droits d'auteurs:

DADVSI : 1er décret d’application publié au JO

Publié dans le Journal officiel le 30 décembre denier, il entraîne des sanctions passibles de 750 € d’amende (4ème classe) pour ceux qui porteront atteinte à une mesure technique de protection ou modifieront un élément d’information.

Le texte est explicite et rajoute deux articles R. 335-3 et R. 335-4 au Code de la propriété intellectuelle (chapitre V du titre III du livre III) :

Art. R. 335-3. - Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe le fait :

« 1° De détenir en vue d’un usage personnel ou d’utiliser une application technologique, un dispositif ou un composant conçus ou spécialement adaptés pour porter atteinte à une mesure technique efficace mentionnée à l’article L. 331-5 du présent code qui protège une oeuvre, une interprétation, un phonogramme, un vidéogramme, un programme ou une base de données ;

« 2° De recourir à un service conçu ou spécialement adapté pour porter l’atteinte visée à l’alinéa précédent.

« Ces dispositions ne s’appliquent pas aux actes qui ne portent pas préjudice aux titulaires de droits et qui sont réalisés à des fins de sécurité informatique ou à des fins de recherche scientifique en crytographie.

« Art. R. 335-4. - Est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe le fait :

« 1° De détenir en vue d’un usage personnel ou d’utiliser une application technologique, un dispositif ou un composant conçus ou spécialement adaptés pour supprimer ou modifier un élément d’information visé à l’article L. 331-22 et qui ont pour but de porter atteinte à un droit d’auteur, à un droit voisin ou à un droit de producteur de base de données, de dissimuler ou de faciliter une telle atteinte ;

« 2° De recourir à un service conçu ou spécialement adapté pour porter, dans les mêmes conditions, l’atteinte visée à l’alinéa précédent.

« Ces dispositions ne s’appliquent pas aux actes qui ne portent pas préjudice aux titulaires de droits et qui sont réalisés à des fins de sécurité informatique ou à des fins de recherche scientifique en cryptographie. »

Les musiques actuelles:

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Par Guillaume Leroyer.

Affublé d’un patronyme déroutant, cet aspect de la création musicale dénote : paradoxalement marginalisé, il frappe par sa prolificité et sa force d’innovation. Largement plébiscité par la population étudiante, c’est aussi le terrain d’un engagement associatif puissant. Etat des lieux.
Le flou artistique. Difficile de savoir exactement de quoi il s’agit à première vue... On entend généralement par les "Musiques Actuelles" tout ce qui se trouve sur votre chemin lorsque vous allez du rock à la techno en passant par le hip-hop, la chanson et les musiques expérimentales. Bref, un parcours étrange, atypique voire labyrinthique où l’on se perd facilement. Un monde sonore en forme de fourre-tout dont il est difficile de faire le tour.

Pour mieux cerner ce mystérieux domaine artistique, on pourrait parler de pratique non-académique (ça peut aider, mais pas besoin d’être diplômé de conservatoire pour percer dans le hip-hop) ou encore de culture populaire, de loisirs (nombreux sont ceux qui ont commencé en gratouillant leurs six cordes dans des centres aérés). Les Musiques Actuelles se rangent alors docilement sur votre étagère du côté des objets de sous-culture, toutes empreintes à vos yeux de cette patine d’authenticité, de vérité et de force que seul "l’underground" sait offrir aux choses. Souvent stéréotypées (voire formatées), les Musiques Actuelles entretiennent et en même temps subissent le cliché qu’elles ne seraient que de la "musique de jeune" (avec pour seul objectif de "kiffer la vibe" en bonne compagnie). Si cela est parfois vrai, l’essentiel se trouve en fait dans la formidable diversité de ce qu’elles offrent à entendre aujourd’hui.

Cultiver sa différence. Puisant dans les sources du rock puis du hip-hop et de l’électro, les Musiques Actuelles évoluent au fil du temps obéissant aux lois d’une sorte de darwinisme musical. Fortes d’un héritage musical pour le moins conséquent et puissamment ancrées dans leur époque, elles s’érigent au rang de musiques identitaires pour les communautés et jalonnent l’histoire moderne. Très vite, les sonorités se mélangent, les rythmes se permutent, les mélodies s’échangent : elles s’influencent entre elles. Les barrières ne tombent pas vite, mais le mécanisme est imparable et se percutant entre elles, les Musiques Actuelles se multiplient dans un ballet anarchique.

Cette hybridation des genres est extrêmement féconde : de sous-genres en sous-sous-genres, les Musiques Actuelles croissent exponentiellement dans un métissage sans fin. On y retrouve pêle-mêle, post-rock, nu-jazz, broken beat, 2step, electro-clash, avant-pop, deep-house, abstract hip-hop... Subtilités extrêmes pour les uns ou épiphénomènes pour les autres, une régénérescence immuable s’opère quoi qu’il en soit. Les Musiques Actuelles n’ont pas de limite.

Ce contexte d’évolution permanente et d’hybridation constante autorise toute expérience, toute tentative. A la fois très accessible et très permissif, le monde des Musiques Actuelles s’avère alors un formidable espace de liberté où tous les particularismes sont légitimes. C’est un terrain de jeu désormais mondial. Chacun peut y trouver sa place, à condition de ne pas s’y perdre.

Ne pas perdre le fil. Les Musiques Actuelles ont toujours prospéré là où les progrès technologiques leur offraient les moyens de s’épanouir. Les dernières années ont été particulièrement marquées par la multiplication et la démocratisation des outils (car les instruments aussi se sont hybridés) à leurs services ainsi que de leurs potentialités. Nouveaux outils, nouvelles pratiques ; selon cet axiome, les mutations s’intensifient à outrance jusqu’à dissoudre peu à peu le reste de repères encore visibles. On risque alors de lâcher prise et de ne plus pouvoir reprendre le fil, de ne plus être capable que d’appréhender le pré-mâché.

Si l’accès à la musique s’est aujourd’hui considérablement simplifié, l’écoute des Musiques Actuelles est rendu plus difficile par le besoin de décryptage constant qui l’accompagne. Elles restent des musiques immédiates (elles nous parlent quasiment physiquement) mais il faut dorénavant être capable de retracer le cheminement musical exact de tout ce qui les nourrit pour en apprécier totalement la pertinence de création (un étrange exercice souvent fastidieux qui tourne parfois au ridicule). D’où le rôle éminemment important des médias dans l’essor des Musiques Actuelles. C’est à eux qu’incombe cette mission (mais comprennent-ils leur responsabilité dans cette affaire ?) de redonner les repères manquants, de resituer les choses, de faire les comparatifs nécessaires... Bref, de rendre compte d’une réalité de création. Il reste malheureusement peu de médias capables de jouer ce rôle de nos jours (avec la dérive commerciale des contenus éditoriaux, certains y ont même perdu leur crédibilité), ce qui apparaît plus qu’inquiétant vu l’effervescence de la création du moment.

La curiosité est encore le meilleur atout pour rester connecté. Toutefois, l’enjeu réside dans la capacité des acteurs des Musiques Actuelles à créer les passerelles, les accès, les chemins d’approche. Là encore, les médias ont une responsabilité (" Où sont les passeurs ?" demandait Pierre-Jean Crittin dans Vibrations) et devront certainement œuvrer à se réinventer. C’est aussi une question de reconnaissance et d’apprentissage. Qui sont les "enseignants" de cette (re)connaissance ? Où s’apprend l’Histoire des Musiques Actuelles (on enseigne bien le Jazz...) ? Quels référents dans cette nébulosité culturelle ? En attendant l’heure d’un hypothétique cours magistral sur "l’influence croisée de l’énergie rock-garage new-yorkaise et de la production r’n’b californienne sur l’après french touch", j’écoute Radio dio...

Le Calif:

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Bold records est conventionné par le Club d'action des labels indépendants français.

Le CALIF ou Club Action des Labels Indépendants Français est une association loi 1901 créée à l’initiative de plusieurs labels et distributeurs indépendants (Mélodie, Pygmalion, RDC, Arion, Night and Day, etc) et subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication.


En partant du constat que le disque est un bien culturel qui ne doit pas être un produit soumis à des impératifs de rentabilité immédiate, le CALIF veut favoriser la création de nouveaux disquaires et de nouveaux points de vente de disques.

En poursuivant ce but dans un souci d’intérêt général, le CALIF souhaite contribuer à la diversité musicale et culturelle. Il s’agit clairement de participer au développement de la diffusion de la musique en favorisant le rôle de conseil et de service que les disquaires remplissent auprès de leur clientèle et donc de s’inscrire dans le maintien et le développement d’une création et d’une production musicales qui nécessitent un réseau de boutiques capable de relayer cette offre plurielle auprès du public.


http://www.calif.fr/disquaire.php?PHPSESSID=9acaffe26db4a174b1f72f8ebfd44e88

Quelques brèves de comptoir:

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
Voici quelques unes des perles que nous recueillons au long de nos journées auprès de notre chère clientèle adorée:

- Avez vous 2005 en CD?

- Vendez vous des compacts disques vinyls?

- Ici c'est que du hard?
rép: non on ne fait pas de porno!

- Faites vous de l'import en chanson française?

- Vous me rachetez combien ma collection de folk Roumaine?

- Vous avez le disque de tel groupe avant le premier album?
rép: la démo?
rép: Non celui qu'ils ont fait eux même!

- Combien pour la guirlande en vitrine?
rép: avec le paillasson!

- Avez vous du rap, mais pas hip hop?

Deux classiques:

- T'as d'la Fonque?

- T'as d'la Soul
rép: Northern soul, Vampisoul..?
rép: M'pokora!!

- Avez vous de l'electro?
rép: du Dub!?
rép: Gigi d'Agostino.

Dans un autre style:
- T'as d'la Tektribecore? Couché Kéta!'con ce chien!

- Sinon vous avez un vrai travail à part la musique?

-Ici vous ne vendez pas de vrai musique?

Sur le pas de la porte un samedi matin à l'ouverture:

-T'as du sylvie?
rép: pardon?
-t'as du johnny?
rép: Oups!Désolé?
-(incompréhension et effraiement!) qu'est ce tu peux vendre alors?????


A suivre!!

Manifeste contre la défaite de la musique et pour une redevance culturelle – 21/06/07

SUPPORT YOUR LOCAL INDEPENDENT:
- 1 MANIFESTE CONTRE LA DEFAITE DE LA MUSIQUE

Appel du 21 juin 2007 UNE REPONSE CONTRE LA DESTRUCTION DE LA VALEUR DES BIENS CULTURELS NUMERIQUES Il faut trouver une nouvelle voie, autre que la loi Dadvsi, inapplicable et inappliquée, ou la licence globale destructrice pour les jeunes talents et la production en général. Nous proposons une troisième voie : une redevance culturelle obligatoire sur la bande passante payée par les opérateurs de télécommunications pour permettre de financer la création des biens culturels numériques en France et dans le monde. Il y a aujourd’hui de moins en moins de financement pour la création culturelle.
La prolifération de l’échange gratuit des biens numérisés menace durablement leur création et leurs moyens de production. La musique, le cinéma, la littérature resteront indispensables à la vie de chacun. Mais gratuits, ils ne trouveront que la publicité comme source de financement. Assujettie à cette unique possibilité de financement, la création culturelle sera bientôt soumise à des préoccupations étrangères à sa nature. L’industrie musicale est en danger. Le marché du disque s’éteint. Ses heures sont comptées. D’ici à trois ans, il aura presque disparu. Les faillites se succèdent partout dans le monde. Les professionnels le savent : le marché du disque n’existe déjà plus. Si le marché du disque meurt en tant qu’industrie, c’est seulement sous sa forme actuelle. La musique est elle, bien vivante. C’est par voie numérique que le public accédera demain à la musique, aux films, aux biens culturels en général. A mesure que le consommateur adopte les nouvelles formes dématérialisées, le support matériel perd son sens. Mais il est illusoire de croire que le téléchargement numérique légal compensera la disparition du marché des supports physiques. Tout aussi illusoire de croire que le spectacle vivant et la lutherie arriveront à eux seuls à faire vivre les artistes et la création musicale.

Le développement exponentiel des échanges numériques gratuits est impossible à réguler et à contrôler et pénalise directement le téléchargement payant et par conséquent le financement de la création.

Manifeste contre la défaite de la musique et pour une redevance culturelle – 21/06/07

- 2 Le bien numérique est « non rival »

Donner de la musique par exemple ne dépossède pas celui qui le cède. Si je te donne un fichier, je possède toujours ce fichier. La valeur économique change de nature. Le monde virtuel a d’autres lois que le monde physique.

Le bien numérique est « non excluable ». On ne peut pas empêcher le fait de donner. De plus en plus de biens numériques s’échangent et ces échanges augmentent sans cesse. Le téléchargement payant ne peut pas être la seule solution. Le système numérique de distribution marchande peut perdurer, mais dans des volumes de chiffres d’affaires qui ne permettront pas de produire et de créer autant qu’avant. Danger à deux ans : la création de biens culturels risque de ne plus trouver de financement. Les seules productions qui trouveront des financements seront celles touchant le très grand public. L’industrie culturelle connaîtra une grande décroissance, accompagnée de pertes économiques et artistiques énormes.

Il faut trouver une nouvelle voie, autre que la loi DADVSI, inapplicable et inappliquée, ou la licence globale destructrice pour les jeunes talents et la production en général.

Nous proposons une troisième voie : une redevance obligatoire pour permettre de financer la création culturelle en France et dans le monde. Un chiffre : 40 milliards de $. Aujourd’hui, le monde compte 1,3 milliard de $ d’abonnements Internet et 2,6 milliards d’abonnements pour les téléphones mobiles. Si 1$ par mois revenait à la musique, une somme de 40 milliards de $ par an serait dégagée. Ce montant correspond à quelques centimes prés au chiffre d’affaires du marché du disque en 1999. Nous proposons une redevance sur la bande passante. On se dirige vers une disponibilité et une connectivité permanente qui permettent l’échange de biens culturels dématérialisés instantanément. La bande passante est le lieu naturel et juste d’une redevance pour financer la création culturelle dans la société de l’information, en complément de la taxe sur les mémoires numériques. Comment faire appliquer cette redevance dans le monde ?

La France peut être le moteur de cette initiative, l’appliquer puis la proposer à l’Union Européenne et au monde entier, comme elle l’a déjà fait pour la taxe sur les billets d’avion au profit des pays en voie de développement

Manifeste contre la défaite de la musique et pour une redevance culturelle – 21/06/07

- 3 Qui paiera cette redevance ?

Ce sont les opérateurs. 4 milliards d’abonnements sont gérés par 300 sociétés, demain elles ne seront plus que 50 car un mouvement de concentration est en cours. Ces sociétés font payer des abonnements au nom de la possibilité d’échanger des contenus culturels. Tout l’argent va aux tuyaux et pas à la création : le tuyau c’est la bande passante. Aujourd’hui, il est possible et facile de faire respecter la loi à 50 entreprises, en tout cas plus facile qu’à 6 milliards d’individus.
Les opérateurs doivent se plier à cette loi, pays par pays. Il est illusoire d’essayer de faire payer une licence optionnelle à 6 milliards de personnes (licence globale), il est tout aussi illusoire de vouloir les réprimer (loi Dadvsi). Mais il est plus que réaliste de faire payer un droit à 50 sociétés d’envergure, globales et qui sont les acteurs les plus riches de l’industrie de la communication.

Qui va collecter cette redevance ?

Les sociétés de gestion collective de chaque pays qui collectent pour les droits d’auteurs et les droits voisins. Elles auront pour mission de collecter cette redevance et de la redistribuer aux ayant-droit. On ne recrée pas un système mais on s’appuie sur les sociétés qui existent depuis Beaumarchais.
Elle permet de financer la création et la production culturelle dans un marché où la courbe des échanges devient exponentielle et vertigineuse. Cette redevance ne légalise pas l’échange illégal sur les réseaux P2P. L’accès au marché des biens numériques doit rester payant. La licence globale en voulant autoriser l’accès aux sites pirates détruit de fait toute possibilité de marché du bien numérique.
Nous croyons en effet qu’une distribution marchande doit perdurer. Pour le public comme pour les artistes, il est important de conserver un marché lisible en valeur. L’achat est un facteur de choix, de liberté et de valorisation.

Il faut combattre le nivellement par le bas de la création. C’est pourquoi nous nous battons pour la survie, l’existence et le développement d’un marché des biens culturels. Comment sont réparties les sommes collectées ?

Pour connaître la paternité des oeuvres, les ayants droit, nous proposons de mettre en place un système de traçabilité du fichier numérique : nouveau DRM qui soit un système de tatouage non-intrusif (respect de la vie privée), non-anti copie (aucun blocage créant un juste rejet des utilisateurs).
Aujourd’hui le système DRM actuel (système anti-copie et non interopérable) devient obsolète. Déjà, Apple commence à l’abandonner... Profitons de cette évolution pour mettre en place, un nouveau DRM gratuit et interopérable.

Manifeste contre la défaite de la musique et pour une redevance culturelle – 21/06/07

- 4 Ce tatouage léger permettra de déterminer les ayants droit et de répartir équitablement les sommes collectées. Chaque fichier gardera et accumulera les empreintes (système incrémental) de ses différentes copies sans conserver aucune information personnelle sur ses utilisateurs. La remontée des tatouages des fichiers donnera à l’organisme collecteur un échantillon suffisamment représentatif pour procéder à une répartition juste. Les premières années la répartition s’appuiera sur des modèles statistiques prédictifs puis au bout de cinq à dix ans lorsque le renouvellement des fichiers sera presque accompli nous disposerons d’un modèle de répartition très détaillé, parfaitement équitable. Comment faire en sorte qu’un nouveau format de fichier soit adopté par les utilisateurs et les industriels ? En adoptant ce nouveau format, les utilisateurs auront la possibilité de participer à la création et d’accéder à un fichier de meilleure qualité audio. Le format MP3 est dépassé, c’est un algorithme de compression qui altère et déforme la musique, aujourd’hui il existe des formats audio qualité CD sans perte (lossless), aucune altération de la musique n’est nécessaire. Ce nouveau format de bien meilleure qualité audio et tatoué fera conncensus aussi bien du côté du public que des professionnels. Comment faire adopter ce nouveau format par l’industrie ?

Les industries considèreront ce changement comme un véritable avantage concurrentiel produit et mettront à jour leurs lecteurs numériques comme ça été le cas dans le développement très rapide du « divx ». Il n’est pas nécessaire de réunir tous les industriels devant une table, la logique du marché s’imposera. Comment faire en sorte que ce système de tatouage ne soit jamais utilisé à des fins marketing et de surveillance des utilisateurs ? Le système de tatouage doit être détenu par une organisation non gouvernementale à l’échelle mondiale qui a pour coeur la défense de la vie privée des utilisateurs. Cette ONG existe déjà : nous proposons de confier la gestion du système de tatouage qui permettra la répartition à l’Electronic Frontier Fondation. Cette organisation est simple, elle utilise des structures déjà en place. Elle fonctionnera pays par pays dans le cadre d’un système de répartition qui sera mondial, comme l’est déjà le système de gestion des noms de domaine sur Internet.

Paris, le 21 juin 07 Marc Benaïche, Directeur général de Mondomix Media

Manifeste contre la défaite de la musique et pour une redevance culturelle – 21/06/07

- 5 Ce manifeste sera développé dans un livre en cours d’élaboration. Ce livre aura pour objectif de mettre cette proposition en débat et de présenter en détail les solutions techniques envisagées pour la mise en place de cette redevance.

Ce livre est prévu d’être publié par l’IRMA en septembre 2007
RAPPORT_LANDAU.pdf RAPPORT_LANDAU.pdf  (233.66 Ko)
i18.gif i18.gif  (47.15 Ko)
1_Guide_conseils_achat_durable.pdf 1-Guide_conseils_achat_durable.pdf  (493.1 Ko)
sem_42_bold_record___oct_21,_2005_09_44_29.mp3 SEM 42-BOLD RECORD - Oct 21, 2005 09.44.29.mp3  (1.69 Mo)

melies0909.pdf melies0909.pdf  (3.95 Mo)

ACCUEIL: | CONTACTS ET VISUELS: | ESPACE PRODUCTIONS CONCERTS: | LIENS UTILES: | PROMOTION,COMMUNICATION: | FICHES PRATIQUES, ADRESSES: | LES GROUPES LABELLISÉS BOLD SESSIONS | STUDIOS PARTENAIRES DES BOLD SESSIONS | LE PROJET DES BOLD SESSIONS | CLIPS VIDÉOS LIVE BOLD SESSIONS: | AUTRES DISPOSITIFS: | BOLD SESSIONS 2011/2012 | REVUE DE PRESSE: | Bold Sessions 2013:

Quel est votre support audio préféré?
Quel est votre support audio prefere?
le vinyl
le cd
le dvd
le mp3

Résultats